"Charte de l’islam : le piège d’une fausse bonne idée"

·1 min de lecture

Après l’assassinat de Samuel Paty, sous la pression d’Emmanuel Macron, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a élaboré une charte des principes de l’islam en France. Salué par le chef de l'État, le texte est pourtant loin de faire l’unanimité. Trois fédérations du CFCM refusent de le signer. Pour Gérard Bouchet, ancien professeur de philosophie, les laïcs ont toutes les raisons de s’en méfier.

Certes on trouve dans ce texte à peu près tout ce que nous pouvons souhaiter y trouver. Mais cela fleure bon le texte de commande et j’ai le sentiment que certains de ses passages ont été écrits sous la dictée du Bureau Central des Cultes du ministère de l’intérieur. Une étude fine du vocabulaire utilisé le montrerait sans difficulté.Ce texte souffre, à mon sens, de deux défauts majeurs. Il a été établi sous l’égide du CFCM agissant sous la pression du gouvernement. Or le CFCM n’est pas reconnu comme représentatif par une majorité de musulmans. Il n’engage vraisemblablement pas une majorité de musulmans comme le montrent d’ailleurs de multiples réactions.Deuxième faiblesse : les signatures. Celles qui sont absentes, mais aussi celles qui sont présentes. On ne s’étonne pas de trouver celle du représentant de la Fédération nationale de Grande mosquée de Paris qui a déjà pris des positions allant dans le sens de la charte, mais on s’inquiétera de trouver la signature du représentant de " Musulmans de France ". Cette association n’est rien d’autre que l’ancienne UOIF,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record