Quand les chars Leopard et Abrams seront-ils sur le front en Ukraine ?

Les chars Leopard allemands, ici lors d’un exercice à Münster en 2019, seront livrés à Kiev d’ici trois mois, a prévenu le ministre de la Défense Boris Pistorius.
PATRIK STOLLARZ / AFP Les chars Leopard allemands, ici lors d’un exercice à Münster en 2019, seront livrés à Kiev d’ici trois mois, a prévenu le ministre de la Défense Boris Pistorius.

GUERRE EN UKRAINE - Des livraisons qui ne se feront pas à J+1. Après les annonces de livraison de chars lourds à l’armée ukrainienne pour repousser celle de Vladimir Poutine, ce mercredi 25 janvier, une question se pose : dans combien de temps ces équipements pourront-ils être opérationnels sur le front ? Les différents éléments communiqués par Olaf Scholz et Joe Biden permettent d’y voir un peu plus clair.

Pour ce qui concerne les Léopard allemands, le nouveau ministre de la Défense a donné des éléments de calendrier peu après l’annonce du chancelier. « Je ne sais pas quand les premiers chars allemands seront là, nous allons très vite commencer l’entraînement et très vite clarifier les voies de ravitaillement. Je pense que les premiers chars Leopard pourront être en Ukraine dans trois mois environ », a estimé Boris Pistorius.

Ce délai relativement court s’explique par le fait que l’Allemagne fournira 14 chars Leopard « provenant des stocks de la Bundeswehr », comme l’avait précisé le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit. L’intervalle de presque un an évoqué dans la presse à la veille de l’annonce du chancelier allemand s’appuyait sur une interview du fabricant des chars, Rheinmetall, dans laquelle il émettait l’hypothèse d’une livraison à partir des stocks de l’entreprise. Une option que n’a pas retenue Olaf Scholz.

« La nécessité d’aller vite »

« Il faut dire que les uns et les autres ont intégré la nécessité d’aller vite pour repousser l’offensive russe », souligne auprès du HuffPost Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Iris (Institut de relations internationales et stratégiques) responsable des études liées aux questions de défense. « Mais il faut former les militaires qui utiliseront ces chars, acheminer les matériels, mettre en place une logistique… et également prévoir la réorganisation interne à l’armée allemande au sein desquels les tanks sont prélevés », poursuit le spécialiste.

Sur le plan de la formation, Berlin a indiqué que celle-ci « doit commencer rapidement en Allemagne ». La question de l’intendance sera d’autant plus cruciale que l’aide de l’armée allemande « comprendra également la logistique, les munitions et la maintenance du système », a souligné Steffen Hebestreit.

Parmi les autres pays susceptibles de livrer des chars Leopard à l’Ukraine, ceux détenus par l’Espagne requièrent dans « la grande majorité » une « remise à niveau », a prévenu la ministre Margarita Robles, laissant entendre que la livraison ne sera pas aussi rapide que celle de l’armée allemande. La Pologne, qui s’est montrée pressante afin que l’Allemagne autorise la livraison des Leopard à l’Ukraine, a de son côté appelé les alliés de Kiev à « penser plus vite » leur aide à l’armée ukrainienne, suggérant un envoi rapide des matériels.

« Il faudra du temps », prévient Joe Biden

Du côté de la livraison des 31 chars Abrams américains, le délai s’annonce beaucoup plus long. « Il faudra du temps pour livrer ces chars et nous assurer que les Ukrainiens seront prêts à les utiliser », a prévenu Joe Biden ce mercredi.

Selon les responsables interrogés par le New York Times et le Washington Post, ce délai sera de plusieurs mois car les États-Unis ne devraient pas prélever sur leurs propres stocks. « Combien de temps faudra-t-il pour parvenir à la livraison effective, après avoir constitué les stocks de fournitures, livré les véhicules, formé les équipages, formé les mécaniciens. Je ne le sais pas, mais certainement pas 30 jours », souligne Robert B. Abrams, ancien général quatre étoiles de l’armée américaine, dans le New York Times.

Quant aux chars légers promis par Emmanuel Macron le 4 janvier, les ministres de la Défense Sébastien Lecornu et Oleksii Reznikov ont convenu le 12 janvier lors d’un échange téléphonique que « la livraison […] aurait lieu dans les deux mois », soit à la mi-mars au plus tard. En attendant, côté français également, l’annonce de chars lourds, demandée avec insistance par Volodymyr Zelensky à son homologue ? Le suspense demeure.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi