Charnier de Descartes : L’ancien président de l’université mis en examen

·2 min de lecture

Le vendredi 4 juin, Frédéric Dardel a été mis en examen pour «atteinte à l’intégrité physique de cadavres». Cette inculpation est intervenue le lendemain de révélations dans Paris Match sur des diapositives de 1988 prouvant l’existence du «charnier de Descartes» depuis plus de 30 ans.

En cette fin d’année 2011, Frédéric Dardel prend la suite d’Axel Kahn à la présidence de la prestigieuse université Paris-Descartes, devenue entre-temps Paris Université. Son prédécesseur lui dit-il avant de quitter les lieux qu’il va devoir surveiller comme le lait sur le feu, les 5e et 6e étages du 45 rue des Saints-Pères qui abritent le Centre du don des corps? Vendredi 4 juin 2021, le biologiste a été mis en examen pour «atteinte à l’intégrité physique de cadavres», selon une source judiciaire.

Notre enquête a montré comment Frédéric Dardel a été informé, à moult reprises, de la situation catastrophique de l’intérieur des chambres froides. Ainsi, seulement trois semaines après son arrivée, il reçoit un rapport de la médecine du travail de Descartes. Le 23 janvier 2012, le docteur Isabelle Roque visite le Centre du don des corps (CDC), «suite aux signalements suivants rapportés au directeur général des services [de l’université, ndr] : mise à disposition d’un sujet reconnu comme infecté au VIH à un chercheur; agent en situation d’ébriété; tabagisme récurrent, mégot retrouvé dans les viscères d’un sujet». Les «sujets» dont parle le médecin du travail désignent les corps donnés à la science.

Le document remis à Frédéric Dardel en janvier 2012 énumère «d’importants problèmes de gestion du numéro d’identification des sujets (…) : plusieurs sujets avec le même numéro, des échanges de numéro entre les sujets, des pièces anatomiques congelées non identifiées». On y lit également que des salariés «ont affirmé avoir mis à disposition des différents prestataires du Centre du don des corps des sujets positifs aux tests HIV, Hépatite B et C. Dernièrement, un sujet positif à l’Hépatite B aurait été placé dans une salle de(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles