Charlottes, masques, sas, chambres à pression négative... : des hôpitaux français prêts à affronter une éventuelle épidémie de coronavirus

Jérôme Jadot

La France est-elle prête à lutter contre une éventuelle propagation de l’épidémie du coronavirus ? Pour les spécialistes interrogés par franceinfo, la réponse est oui. Pour le moment, trois cas de coronavirus ont été confirmés en France. Il s'agit, dans le détail, d'un Français ayant voyagé à Wuhan qui est hospitalisé à Bordeaux, et d'un couple de touristes chinois qui est soigné à Paris. Leur état n'inspire pas d'inquiétude mais ils font l'objet de mesures de confinement drastiques.

>> Après la confirmation de trois cas positifs en France, huit questions pas si bêtes sur le nouveau coronavirus chinois

À l'hôpital Bichat à Paris, par exemple, les deux patients contaminés sont accueillis dans des chambres spéciales, dites "à pression négative". "Une chambre à pression négative, c’est une chambre où l’air ne sort pas, l’air rentre", explique Yazdan Yazdanpanah, le chef du service des maladies infectieuses et tropicales. "Et pour une maladie à transmission respiratoire de personne à personne, cela permet de ne pas transmettre ailleurs", poursuit-il."C’est aussi une chambre où il y a des sas pour permettre l’habillage et déshabillage avec des entrées et des sorties."

La France dispose des structures nécessaires

Des sas dans lesquels le personnel soignant met et retire l'équipement de protection obligatoire. Il s'agit d'éviter toute contamination de l'équipe médicale comme l'explique Gisèle Bendjelloul cadre supérieur de l'unité (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi