Charlotte Gainsbourg «brisée» par la mort de son père, elle se souvient

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jean Pimentel/Kipa/Sygma via Getty Images
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans une interview accordée au «Parisien», Charlotte Gainsbourg s'est confiée sur la mort de son père.

Elle n'avait que 19 ans lorsque Serge Gainsbourg s'est éteint. Dans une interview accordée au «Parisien » à l'occasion de la sortie de son film «Les Passagers de la nuit», Charlotte Gainsbourg a évoqué la douloureuse disparition de son père survenue en 1991. «Moi, la mort de mon père m’a tellement brisée que je n’ai pas pu me réinventer tout de suite. J’ai suivi un chemin avec Yvan [Attal, son compagnon et père des ses trois enfants, ndlr], mais c’était en parallèle du chagrin. Ensuite, avec Yvan et avec chaque enfant, je me suis construite», a-t-elle raconté. La maman de Ben (24 ans), Alice (19 ans) et Jo (10 ans) a ensuite parlé de la mort de Kate Berry, sa demi-sœur tragiquement décédée en 2013 après avoir chuté de son appartement parisien. «La perte de ma sœur m’a à nouveau détruite», a confié l'artiste de 50 ans, après avoir évoqué le difficile départ de ses enfants du domicile familial .

"Il faut vraiment que je me barricade, que je sois costaud pour l’assumer"

La fille de Serge Gainsbourg et Jane Birkin s’est ensuite installée avec les siens, aux Etats-Unis, pendant quelques années. «Grâce à une espèce d’exil, je me suis reconstruite avec mes enfants, ailleurs, et puis je suis revenue. Je réalise que c’est plus facile de vivre ailleurs qu’à Paris à cause des souvenirs de ce que Paris a pu être et n’est plus pour moi», peut-on lire. De retour à Paris depuis le début de la crise sanitaire, elle partage désormais son temps entre la capitale et sa résidence secondaire, «une maison au soleil» qui la rend «très heureuse».

«J’ai fait un film sur ma mère [«Jane par Charlotte»], je vais ouvrir la rue de Verneuil [la maison dans laquelle Serge Gainsbourg a vécu, bientôt transformée en musée] : tout cela me replonge(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles