Charlize Theron explique pourquoi elle a révélé que sa fille était transgenre

Dans une interview accordée à Pride Source et publiée le lundi 16 décembre 2019, Charlize Theron a expliqué la raison pour laquelle elle avait révélé à la presse que son aînée de 7 ans, née garçon, s’identifiait à une fille. 

En avril dernier, Charlize Theron avait dévoilé dans une interview accordée au «Daily Mail» que son enfant Jackson, né garçon, s’identifiait à une fille. L’actrice oscarisée avait en effet été aperçue plusieurs fois avec son ainée de 7 ans portant des robes et des jupes, tout comme sa petite sœur August (4 ans). Elle avait expliqué au journal qu’«un jour (Jackson) l'a regardée droit dans les yeux à l'âge de 3 ans en (lui) disant: "Je ne suis pas un garçon !"»

La maman de 44 ans est revenue sur cette révélation dans une nouvelle interview accordée au site Pride Source, publiée le lundi 16 décembre 2019. Alors que le journaliste Chris Azzopardi lui demande si elle a déjà parlé de l’identité de genre avec ses deux filles, la jolie blonde a répondu : «Elles sont encore un peu jeunes, mais on a certainement ces conversations quand elles disent "je vais me marier". Je leur demande “Qu’est-ce que ce sera ? Avec un garçon ou une fille ?»

"Une de mes filles est convaincue qu’elle va se marier cinq fois"

Charlize Theron s’est ensuite souvenue d’une anecdote sur sa plus jeune fille, August : «Une de mes filles est convaincue qu’elle va se marier cinq fois et que ce sera avec trois garçons et deux filles. J’adore qu’elle se sente assez en sécurité pour penser de la sorte», a-t-elle ajouté.

Le journaliste lui a ensuite demandé si le fait d’avoir «une fille transgenre influence ses décisions d’interpréter des personnages LGBTQ» dans ses films. La star de «Bombshell» a expliqué que la situation était «assez nouvelle» pour sa famille. «L’histoire de ma fille n’appartient qu’à elle-même, et un jour, si elle le souhaite, elle pourra raconter son histoire. Je pense que parce que je suis sa mère, il est important que le monde sache que je(...)


Lire la suite sur Paris Match