"Charlie Hebdo" contre Edwy Plenel : la polémique en quatre actes

franceinfo
"Charlie Hebdo" contre Edwy Plenel : la polémique en quatre actes

On est désormais bien loin de la simple satire et très éloigné également du cœur de cette polémique. Charlie Hebdo, par la voix de Riss, accuse le directeur du site d'information Mediapart de "condamner à mort une deuxième fois" sa rédaction. Riss réagissait après la déclaration d'Edwy Plenel, qui a affirmé que le journal satirique prenait part à une campagne "générale" de "guerre aux musulmans". Comment en est-on arrivé à un tel bras de fer entre deux médias ? Franceinfo récapitule.

Acte 1 : "Charlie Hebdo" se moque d'Edwy Plenel

C'est la carricature qui a tout déclenché. La une du numéro du 8 novembre montrait quatre caricatures du président de Mediapart se cachant derrière sa moustache face aux accusations de viols visant Tariq Ramadan. "Affaire Ramadan, Mediapart révèle : 'On ne savait pas'", titre le journal satirique, accusant ainsi le directeur du site d'information d'avoir trop souvent défendu l'islamologue suisse, proche des Frères musulmans.

Dans la foulée, Edwy Plenel a une première fois réagi sur Twitter, en citant l'écrivain Romain Rolland : "Ils peuvent me haïr, ils ne parviendront pas à m’apprendre la haine."


Acte 2 : Edwy Plenel répond en évoquant "une guerre aux musulmans"

Interrogé sur franceinfo le 8 novembre, le patron de Mediapart a précisé sa pensée. Pour Edwy Plenel, cette une de Charlie Hebdo "fait partie d'une campagne générale (...) de guerre aux musulmans".

Voici son intervention en intégralité : "La une de Charlie Hebdo fait partie d'une campagne plus générale que l'actuelle direction de Charlie Hebdo épouse. M. Valls et d'autres, parmi lesquels ceux qui suivent M. Valls, une gauche égarée, une gauche (...) Lire la suite sur Francetv info

Pour Edwy Plenel, la Une de "Charlie Hebdo" sur Mediapart est une "guerre aux musulmans" menée par "une gauche égarée"
"Charlie Hebdo" se moque d'Edwy Plenel en l'accusant de soutenir Tariq Ramadan
En direct de l'Europe. Le Parlement européen veut protéger les lanceurs d'alerte à l'échelle de l'UE
Industrie : le sucre ne fait plus recette
Grèce : 1,4 milliard d'euros de mesures sociales promis

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages