Charles Steele Jr : "Les Noirs sont redevenus des citoyens de seconde classe"

Pour Charles Steele Jr, l’un des héritiers spirituels de Martin Luther King, les émeutes raciales aux Etats-Unis sont la conséquence d’un retour en arrière « majeur » depuis le combat des droits civiques des années 60.

Paris Match. Vous êtes le président de la Southern Christian Leadership Conference, institution chrétienne fondée par Martin Luther King pour lancer son combat contre la ségrégation. Comment interprétez-vous le mouvement actuel de revendications raciales aux Etats-Unis ?Charles Steele Jr. Depuis les années 60, tout s’est déréglé. On a cru alors que le combat était gagné une fois pour toutes : erreur. Cela ne marche pas comme ça : quand vous obtenez une victoire, une foule de gens se précipite pour la démolir. Ce pays a été construit sur la domination et la suprématie blanche. Et aujourd’hui, les Noirs sont redevenus des citoyens de seconde classe. Martin Luther King disait que le gouvernement des Etats-Unis est l’ennemi des pauvres et des personnes de couleur. C’est encore vrai aujourd’hui.Comment ce retour en arrière s’est-il produit?En 2013, l’essentiel du « Voting Rights Act » de 1965, qui interdit les discriminations raciales dans l’exercice du droit de vote, a été supprimé par la Cour suprême, qui a redonné aux Etats le pouvoir de fixer leurs propres règles, autrefois décidées au niveau fédéral. Résultat, ici en Géorgie par exemple, c’est devenu beaucoup plus difficile pour les Afro-Américains de voter : il y a quelques semaines, lors des primaires démocrates aux élections sénatoriales, il fallait faire jusqu’à sept heures de queue devant les bureaux de vote, car les machines pour enregistrer le suffrage étaient défectueuses…Lire aussi :Martin Luther King III : "George Floyd est un catalyseur"Mais quel est l’intérêt d’Etats comme la Georgie d’entraver le vote noir ?L’Amérique parle toujours de liberté mais n’a jamais réglé son problème avec le racisme, qui, comme le virus, est contagieux et mortel. Victor(...)


Lire la suite sur Paris Match