Charles III, un roi écologiste au défi de la popularité

Le nouveau roi du Royaume-Uni, Charles III, est depuis longtemps un fervent défenseur de l'environnement. Un des sujets qui figure parmi les principaux défis de son règne.

L'engagement du nouveau roi Charles III pour l'écologie ne date pas d'hier. Il a même été précurseur en la matière. Son premier grand discours sur l'environnement date en effet de 1970. Celui qui était alors encore prince de Galles dénonce à cette occasion les effets dévastateurs de la pollution sur la nature alors qu'à l'époque, le monde commence à peine à prendre conscience du changement climatique.

Féru de botanique, il se lance dans l'agriculture biologique dès 1985 avec une ferme de 300 hectares sur le domaine de sa résidence de campagne. Il lancera plus tard un label bio. Cette activité lui vaut le surnom de « roi des patates », à cause du temps qu’il consacre à son exploitation.

À travers ses nombreuses fondations, Charles multiplie aussi, depuis longtemps, les projets en faveur de l'environnement. Il préside la branche britannique de l'ONG WWF depuis 2011 et publie son empreinte carbone chaque année. Son engagement précoce lui a toutefois valu les moqueries de la presse britannique. Les médias soulèvent aussi ses contradictions et évoquent un gros dépensier qui alerte sur le gaspillage ou un homme qui fustige les émetteurs de gaz à effet de serre mais qui n'hésite pas à multiplier les déplacements en jet privé.

D’autant plus que son accession au trône n’a pas lieu sous les meilleurs auspices. Charles III prend place à l’heure où le Royaume-Uni vit l'une de ses pires crises économiques et fait face aux velléités d'indépendance en Écosse et en Irlande du Nord.


Lire la suite sur RFI