Charles III organise une réception sur les questions environnementales avant la COP27

Le roi Charles III dans le jardin de Buckingham Palace le 4 novembre 2022 - JONATHAN BRADY / AFP
Le roi Charles III dans le jardin de Buckingham Palace le 4 novembre 2022 - JONATHAN BRADY / AFP

Le roi Charles n'ira pas à la COP27, mais il veut montrer qu'il ne compte pas abandonner la cause environnementale pour autant. Le souverain a organisé ce vendredi une réception au palais de Buckingham sur les questions environnementales.

Il a réuni dans sa résidence officielle à Londres chefs d'entreprises, représentants politiques, tel que l'émissaire américain pour le climat John Kerry, et des personnalités publiques comme la designer Stella McCartney.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, s'y trouvait également, et a assuré que le Royaume-Uni, hôte de la dernière conférence de l'ONU sur le climat, garderait "un leadership mondial" sur les questions environnementales.

Hommage à l'engagement du roi pour l'environnement

Un an après avoir organisé la COP26 à Glasgow, le Royaume-Uni passe le flambeau à l'Egypte, où s'ouvre dimanche la COP27, après avoir semé le doute sur ses ambitions environnementales. Rishi Sunak n'avait pas prévu de se rendre à la conférence, avant de se raviser face aux critiques, et le roi, défenseur de la nature de longue date, en sera absent sur avis du gouvernement.

Le Premier ministre a rendu hommage à l'engagement de longue date de Charles en faveur de l'environnement, "depuis plus de 50 ans, avant même la COP1".

Après la réception, le roi a planté un tilleul dans le jardin du palais de Buckingham, a indiqué la famille royale, dans le cadre d'une initiative nationale incitant à planter des arbres.

"Le temps est écoulé"

Charles III, alors encore prince, avait prononcé un discours lors de la cérémonie d'ouverture de la COP26 à Glasgow:

"Le temps est écoulé" et "nous devons réduire les émissions de toute urgence et prendre des mesures pour lutter contre le carbone déjà présent dans l'atmosphère", avait-il rappelé.

Il avait exhorté les dirigeants du monde entier "à trouver des moyens pratiques de surmonter les différences afin que nous puissions tous nous mettre au travail, ensemble, pour sauver cette précieuse planète et sauver l'avenir menacé de nos jeunes".

Article original publié sur BFMTV.com