Charles III et les Caraïbes: un juste milieu à rechercher pour la Couronne

Moins de deux jours après la mort d'Elizabeth, Charles a officiellement été proclamé roi. Parmi la quinzaine d'États qui reconnaissaient le monarque comme leur chef de l'État, la moitié sont dans les Caraïbes. Quelques éléments de compréhension des enjeux avec Adrien Rodd, maitre de conférences en civilisation britannique et du Commonwealth à l'université Versailles-Saint-Quentin.

Jamaïque, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Antigua-et-Barbuda, Grenade, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie. Hors territoires britanniques d'outre-mer, le roi Charles III est désormais chef de l'État dans ces pays des Caraïbes, ainsi qu'aux Bahamas et, sur le continent, au Belize.

Jusqu’en 2021, sa mère Elizabeth II était aussi reine de la Barbade, où la monarchie a depuis lors été abolie.

►Lire aussi : Mort d'Elizabeth II : le Commonwealth, vrai instrument d’influence diplomatique ?

Sur l'histoire coloniale britannique

D'un véritable engouement au début du règne d'Elizabeth II, ces royaumes ont peu à peu glissé vers une certaine défiance à l'égard de la monarchie, liée au colonialisme et à l'esclavage.

Quelles sont les implications d'un tel changement à la tête de la monarchie britannique pour ces États ? Réponse d'Adrien Rodd, maitre de conférences en civilisation britannique et du Commonwealth à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Peut-on s'attendre à ce que Charles III prenne de telles initiatives ? Adrien Rodd :