"Charles-Henri livreur de sushis": Gabriel Attal se justifie après une remarque jugée déplacée lors d'un concours d'éloquence

·3 min de lecture
Gabriel Attal lors de son point presse à l'issue du Conseil des ministres, le 7 juillet 2021. - BFMTV-RMC
Gabriel Attal lors de son point presse à l'issue du Conseil des ministres, le 7 juillet 2021. - BFMTV-RMC

Gabriel Attal contre-attaque. Quelques heures après l'apparition sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant le porte-parole du gouvernement repris par un candidat lors d’un concours d’éloquence des Armées tenu le 31 mai passé et pour lequel il était invité, ce dernier s'est défendu de toute remarque déplacée.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Les clichés sont toujours dans le même camp"

Dans cette séquence d'un peu plus de deux minutes partagée par David Guiraud, porte-parole Jeunesse de La France insoumise, le commissaire aspirant Hugo Mitifot, finaliste dudit concours, tient à rendre hommage à son livreur de sushis, un certain "Charles-Henri."

A cela, Gabriel Attal, assis dans le public et visiblement étonné par le prénom du livreur, se saisit du micro et rétorque: "Du coup je voulais savoir: où est-ce que vous habitez?", demande-t-il sous l'hilarité d'une partie de l'audience.

"Mais les clichés sont toujours dans le même camp. Parce que figurez-vous que j’habite à Marseille. Peut-être qu’à Paris, les Karim sont dans la rue, mais à Marseille, ils sont à l’université", lui a répondu l'aspirant.

Sur les réseaux sociaux, la sortie de Gabriel Attal a choqué de nombreux internautes qui dénoncent le mépris de classe et pour certains le racisme du ministre à cette occasion.

"J'ai parlé d'une réalité sociale"

Ce mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a été interrogé à ce sujet après avoir fait un point complet sur la situation sanitaire en France et sur la circulation du variant Delta, qui inquiète de plus en plus l'Élysée.

"J’ai eu l’honneur d’être membre du jury du concours d’éloquence de nos armées, c’était au mois de mai dernier. Chacun qui a pu connaître des concours d’éloquence sait que le rôle des membres du jury, c’est de poser des questions aux candidats pour les bousculer et tester leur capacité de répartie", a-t-il commencé.

Pour lui, sa remarque a été encouragée par le fait qu'à son avis, la phrase dite par le candidat n'était pas exacte.

"C’est dans la feuille de route des membres du jury, c’est ce que j’ai fait en soulignant que l’exemple donné par ce candidat ne me semblait pas refléter la réalité sociale, j’ai entendu des commentaires qui ont été faits sur des questions culturelles ou ethniques, j’ai parlé d’une réalité sociale qui est celle des travailleurs des plateformes", ajoute-t-il encore.

Finalement, Gabriel Attal s'en est également pris aux personnalités d'extrême-gauche qui ont partagé la vidéo et critiqué ses paroles sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

"Je constate aujourd’hui que des militants d’extrême-gauche, qui sont devenus des professionnels de l’indignation, s’en offusquent. Je suis surpris que ceux qui défendent les plus précaires, par ce type de déclaration, finissent par invisibiliser la réalité sociale que nous connaissons chez les travailleurs des plateformes et qui nous invite à agir pour déprécariser ces travailleurs, leur donner une protection sociale et juridique de qualité", conclut-il.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles