Sur le Charles de Gaulle, le mythe Top Gun est toujours là

© EUROPE 1

Un ciel bleu sans nuage, une mer calme. Des conditions idéales pour l’appareillage du porte-avions Charles de Gaulle, mastodonte de la Marine Nationale de plus de 260 mètres de long. Soudain, tout le bâtiment tremble. Sur le pont d’envol, une vapeur blanche et une odeur de kérosène, entêtante, emplit les narines. Cinq avions Rafale marine s’envolent pour un exercice dans un vrombissent assourdissant. Aux commandes d’un des appareils, Johann, jeune pilote. Des cheveux blonds en brosse, un regard bleu perçant derrière sa visière. Déjà 1.000 heures de vol au compteur pour le jeune homme qui rêvait dès l’âge de trois ans de devenir pilote en voyant des avions militaires passer au-dessus de sa maison.

"L’aspect métier de rêve il est là !"

Il n’était pas né quand Top Gun est sorti. Il le découvre au lycée seulement mais gardera toujours un souvenir indélébile de la scène d’ouverture du film. "Cette fameuse musique avec cet énorme coucher de soleil. On voit tout le monde travailler sur le porte-avions, et ça c’est quelque chose qu’on peut retrouver en vrai. Par exemple tout à l’heure, on va partir de nuit, on va voir tous ces techniciens avec leurs petites lumières. Là on rajoute la musique de Top Gun et on a la scène d’ouverture", sourit le jeune pilote.

>> LIRE AUSSI - Tom Cruise dévoile la suite de «Top Gun» en équilibre sur un avion en vol

Mais Top Gun c’est aussi bien sûr l’impétueux Maverick, joué par Tom Cruise . Une référence bien connue de tout l’équipage, y compris ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles