Charles de Gaulle : Emmanuel Macron se rêve en héritier du général

Être l'héritier du général de Gaulle : tous les présidents, sauf François Mitterrand, en ont rêvé, y compris, et surtout, Emmanuel Macron. Et ce, dès sa campagne. "Je vous ai compris, et je vous aime", déclarait-il le 17 février 2017 à Toulon (Var), rappelant ainsi le célèbre "Je vous ai compris" prononcé par Charles de Gaulle à Alger, le 6 juin 1958. Ce jour-là, en meeting, la citation n'est pas une simple référence, mais un copié-collé : comme le général de Gaulle, Emmanuel Macron s'adressait aux pieds-noirs qu'il a froissés en qualifiant la colonisation de l'Algérie de "crime contre l'humanité". Des références très appuyées En s'affirmant ni de droite, ni de gauche, il met aussi ses pas dans ceux du général. "Je ne suis pas d'un côté, je ne suis pas de l'autre, je suis pour la France", disait Charles de Gaulle en 1965, au deuxième tour de l'élection présidentielle. Une fois élu, Emmanuel Macron multiplie les références très appuyées au père de la France libre. Ainsi, les Mémoires de guerre sont ouvertes sur le bureau présidentiel pour la photo officielle. Le logo de l'Élysée est remanié pour y faire apparaître la croix de Lorraine, l'emblème de la résistance institué par de Gaulle.