Charlatan. Coronavirus : un gourou de l’eau de Javel avait écrit à Trump

The Guardian (Londres)
1 / 2

Charlatan. Coronavirus : un gourou de l’eau de Javel avait écrit à Trump

Mark Grenon est le chef d’une “église” qui promeut le dioxyde de chlore comme remède miracle contre “99 % de toutes les maladies”. Selon le Guardian, il avait écrit au président américain quelques jours avant que ce dernier ne propose l’eau de Javel comme traitement contre le Covid-19.  

Donald Trump consulte-t-il son courrier ? Mark Grenon, chef d’un groupe qui considère l’eau de Javel comme un “‘remède miracle’ contre le coronavirus”, a écrit au président américain à la Maison-Blanche cette semaine, rapporte The Guardian.

Jeudi 23 avril, le président américain avait suggéré lors d’un point de presse qu’on soigne les malades du Covid-19 avec des ultraviolets ou des “injections d’eau de Javel”, et le lendemain, l’administration américaine et les fabricants d’eau de Javel eux-mêmes ont dû s’empresser de rappeler à quel point de telles idées sont dangereuses.

Mark Grenon se présente “comme ‘l’archevêque’ de Genesis II - une structure basée en Floride qui prétend être une église, mais qui est en fait le plus grand producteur et distributeur de dioxyde de chlore comme ‘remède miracle’ aux États-Unis”, affirme le The Guardian.

“Détoxification”

Selon le quotidien britannique, Grenon a déclaré dans sa lettre à Trump que l’eau de Javel est un “merveilleux” outil de “détoxification” qui peut tuer “99 % des agents pathogènes présents dans le corps” et qui peut “débarrasser le corps du Covid-19”.

Genesis II donne à l’eau de Javel le nom de MMS, pour “solution minérale miracle”. Grenon affirme “frauduleusement” qu’il peut guérir “99 % de toutes les maladies, y compris le cancer, la malaria, le sida ainsi que l’autisme”, note The Guardian.

Depuis le début de la pandémie, Genesis II conseille aux malades du Covid-19, “y compris aux enfants” selon le quotidien, “de mélanger de trois à six gouttes d’eau de javel dans l’eau et de la boire”. Dans une émission de radio filmée,

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :