En Charente-Maritime, l’ONF mise sur le dialogue pour éviter l’embrasement

Getty Images/iStockphoto

INCENDIES - Les agents font de la prévention au quotidien auprès des usagers de la forêt

Ils se méfient de la moindre étincelle. Dans les forêts de résineux de la Côte sauvage de Charente-Maritime, classée en risque sévère incendie pour les feux de forêts, deux agents de l’ONF surveillent les touristes au comportement dangereux.

Philippe Lequeux, 64 ans, sillonne ainsi la forêt domaniale de la Coubre, sur la commune de La Tremblade, dans son 4x4 Suzuki. « Il y a matière à feu », s’inquiète cet agent de l’Office national des forêts qui parcourt chaque jour cette forêt de pins maritimes et de chênes verts de 5.000 hectares.

« Vous jetez un mégot là-dedans, et ça part à vitesse grand V », lance son collègue Dominique André en désignant un tas de feuilles de palmiers desséchées, trouvées sous un chêne à une dizaine de mètres de la route. Une fois écartées, on voit qu’elles dissimulaient des morceaux de vieilles plaques d’amiante.

Les quads et motocross, « vrais fléaux »

Ce jour-là, le duo d’agents, habillés d’un ensemble polo-pantalon vert au logo de l’ONF, armés d’un revolver « pour marquer l’autorité », ne trouvent que quelques traces de feux de camp et de sardines de tente. Pas de moto-cross ou de quads, les « vrais fléaux » pour les gestionnaires des forêts.

Il faut aussi contrôler les parkings qui bordent le domaine, interdits aux véhicules après minuit et longtemps considérés comme « résidenc(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Alpes-de-Haute-Provence : Les pompiers luttent toujours contre deux reprises d'incendies
Incendies dans le Gard : Une femme de 55 ans et deux jeunes garçons poursuivis
Incendies en Gironde : Le département repasse en alerte rouge « feux de forêt »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles