Charente-Maritime : un couple de fleuristes jugé pour avoir vendu du CBD

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Les produits à base de CBD vendus par le couple de fleuristes contenaient moins de 0,2% de THC, la substance psychotrope du cannabis.
Les produits à base de CBD vendus par le couple de fleuristes contenaient moins de 0,2% de THC, la substance psychotrope du cannabis.

Ils s'étaient mis à la vente de CBD pour se diversifier. Un couple de fleuristes originaires de Vaux-sur-Mer, en Charente-Maritime, a été convoqué devant le tribunal pour vente de produits stupéfiants. Les gérants proposaient à leurs clients des bonbons, de la résine ou encore de l'huile contenant du CBD, un produit récolté dans le chanvre, à l'instar du cannabis au taux de THC inférieur à 0,2 %, afin de rester dans la légalité. Pourtant, rapporte France Bleu La Rochelle, les autorités leur reprochent une détention non autorisée et une vente de stupéfiants.

Interrogé par le média local, l'avocat du couple réfute fermement les accusations de la justice. Selon Me Hériveaux, « il ne s'agit pas d'un trafic de drogue mené par des petits commerçants ! On est très loin de la réalité. » Il rappelle notamment que ses clients se sont rapprochés de la police de Royan afin « d'en savoir plus sur la possibilité ou non de vendre ces produits » dont la quantité de substance active du cannabis n'entraîne pas le moindre effet psychotrope.

Le droit français et le droit européen en désaccord sur le dossier CBD

L'avocat du couple dénonce également une incohérence entre le droit français et le droit européen : « Dans le droit français, quand la variété de chanvre est autorisée, seules les graines et les fibres peuvent être vendues, pas les fleurs. Un arrêté le stipule noir sur blanc, sauf que le droit européen ne dit pas la même chose. Cet arrêté a été contesté devant la Cour eur [...] Lire la suite