Le charbon ne se forme pas tout à fait comme on le pensait

·2 min de lecture

Le charbon. Dans le contexte de crise climatique, sa tête est aujourd’hui mise à prix. Mais, entre le XVIIIe et le XIXe siècle, il était bel et bien le seul capable de fournir suffisamment de chaleur pour produire de la vapeur. Depuis, il a beaucoup été étudié. Et les chercheurs pensaient comprendre les mécanismes de sa formation qui remonte à plus de 350 millions d’années. Pourtant, aujourd’hui, une équipe de l’université PennState (États-Unis) envisage que des microbes ont pu jouer un rôle inattendu.

Tant pis pour le climat : l'Inde s'apprête à construire de nouvelles centrales à charbon

Rappelons que le charbon se forme par dégradation dans l’eau d’une matière végétale qui s’accumule en une région donnée. Cette matière végétale doit être recouverte par des boues et du sable, mise à l’abri de l’air, pour lui éviter de pourrir trop vite. Elle se transforme alors en tourbe, puis en lignite et en un matériau subbitumeux, puis en charbon bitumeux et enfin, en anthracite. Le tout au fur et à mesure que la matière s’enfonce en profondeur et se charge en carbone.

Aujourd’hui, c’est principalement du lignite qui est brûlé en Inde ou en Chine. Du charbon subbitumeux aussi. Car ces produits sont plus facilement exploitables à moindre coût. L’ennui, c’est qu’ils produisent beaucoup de gaz à effet de serre lorsqu’ils sont brûlés. Leur exploitation libère aussi ce que les experts appellent le gaz de houille. Essentiellement du méthane (CH4) qui, dans les années fastes de l’exploitation du charbon, constituait surtout une menace pour les mineurs. Celle de l’explosion, celle du fameux « coup de grisou ». Désormais, on l’envisage plus comme le puissant gaz à effet de serre qu’il est aussi. Certaines études estiment que les plus récents sites miniers pourraient ainsi émettre plus de 10 millions de tonnes de méthane par an. Pas moins de 30 % de plus qu’aujourd’hui. D’où l’importance d’apprendre à mieux gérer ces dégagements de gaz de houille.

Dans les espaces interstitiels entre...
Dans les espaces interstitiels entre...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles