"Chaque geste compte" : face à la crise énergétique, Élisabeth Borne s'inspire de la com de crise Covid-19

Elisabeth Borne le 14 septembre 2022 à Paris  - Bertrand Guay/AFP
Elisabeth Borne le 14 septembre 2022 à Paris - Bertrand Guay/AFP

La Première ministre a repris tous les codes du gouvernement pendant la crise du Covid-19, de l'appel aux efforts des Français à la dramatisation, en passant par les vives critiques des oppositions.

Des sujets très différents. Quoique. Élisabeth Borne a repris tous les codes de la crise du Covid-19 pour sa conférence de presse sur la crise énergétique ce mercredi, en pleine flambée des prix et alors que l'automne commence dans une semaine.

À commencer par l'adresse. Ce n'est pas Matignon que la Première ministre a choisi pour annoncer le plafonnement de la hausse des prix de l'électricité et du gaz à 15% en 2023 mais l'avenue de Ségur à Paris. Sa prise de parole a eu lieu dans la même salle que celle choisi par Édouard Philippe puis Jean Castex lors de leurs très nombreuses prises de parole pendant la crise de la pandémie, celle du 'Centre du gouvernement'.

Un air de déjà-vu

Le ton s'est voulu tout aussi grave que celui employé pendant les confinements. Là où le chef du gouvernement de l'époque voyait venir "une crise économique" "brutale", Élisabeth Borne a prévenu, elle aussi, de temps difficiles.

"Seules la sobriété et la solidarité européenne nous permettront d'éviter des coupures et des rationnement dans les cas de figure les plus pessiministes, comme un hiver particulièrement froid cumulé à des difficultés d'approvisonnement", a-t-elle avancé.

Même tonalité également sur les préconisations. Si en 2020 puis en 2021, le gouvernement appelait à rester chez soi, porter le masque, se faire tester puis vacciner, la locataire de Matignon a appelé à "éviter toute consommation inutile" et "à baisser un peu le chauffage".

"Chaque geste compte"

La Première ministre a également voulu appeler à la responsabilisation des Français, là où son prédécesseur promettait que le respect des gestes barrières pourrait "sauver des vies". "Chaque geste compte" sera ainsi le nom donné à une future campagne de communication lancé en octobre, a-t-elle annoncé.

Enfin, Élisabeth Borne a tenu à se faire accompagner de ses ministres Bruno Le Maire (Économie) et Agnès Pannier-Runacher (Transition énergétique) pour montrer que l'ensemble du gouvernement est à la tâche. Olivier Véran, alors ministre de la Santé, était lui aussi de toutes les allocutions ministérielles pendant la pandémie.

Mêmes critiques

Enfin, comme lors des multiples annonces du gouvernement pendant la crise du Covid-19, les critiques se sont multipliées à l'issue de la conférence de presse.

"C’est la double peine pour les Français: d’une part, ils vont subir une hausse de 15% des tarifs de l’électricité et du gaz et d’autre part, ils vont devoir payer par leurs impôts le bouclier tarifaire. L’incompétence de ce gouvernement nous mène à la ruine!", a avancé Marine Le Pen sur son compte Twitter.

"Cessez de blablater, agissez", a lancé de son côté l'écologiste Julien Bayou sur le réseau social, regrettant que "les ultra riches super pollueurs" ne "contribuent" pas "nettement plus" aux efforts demandés par le gouvernement.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Prix de l'électricité : des chèques énergie versés "d'ici la fin de l'année", annonce Elisabeth Borne