"Chaos total", "remplacement des peuples" : trois questions sur le pacte de Marrakech, qui affole certains "gilets jaunes"

Valentine Pasquesoone
Le pacte de l'ONU sur les migrations, non-contraignant, doit être soumis à approbation lundi 10 et mardi 11 décembre à Marrakech (Maroc). Il est décrié par plusieurs "gilets jaunes", dont certains appellent au blocage pour empêcher sa ratification. 

La thématique de l'immigration s'invite dans la mobilisation des "gilets jaunes". Depuis plusieurs jours, bon nombre de messages circulent sur les réseaux sociaux et sites proches de l'extrême droite, tels que Riposte laïque, appelant les membres du mouvement à de nouveaux blocages, lundi 10 décembre. La raison ? Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, doit se rendre à Marrakech (Maroc), lundi et mardi, afin de ratifier le pacte de l'ONU sur les migrations. Ce pacte recense, entre autres, 23 objectifs "pour des migrations sûres, ordonnées et régulières".

>> Suivez en direct toutes les réactions aux annonces d'Edouard Philippe pour "apaiser" la colère des "gilets jaunes"

Craignant "le grand remplacement", "le chaos total" avec "des migrants arrivant par milliers", de nombreux "gilets jaunes" dénoncent ce texte de l'ONU, pourtant non-contraignant, et assurent vouloir empêcher le président de la République de se rendre au Maroc pour le signer. Que veulent-ils faire exactement ? D'où viennent ces inquiétudes ? Que dit vraiment le pacte de Marrakech ? Franceinfo fait le point.

Pourquoi certains "gilets jaunes" dénoncent ce pacte ?

De plus en plus de messages (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi