Chaos au Stade de France: pour Zemmour, "Saint-Denis n'est plus la France depuis longtemps"

Eric Zemmour le 9 juin 2022 sur BFMTV  - BFMTV
Eric Zemmour le 9 juin 2022 sur BFMTV - BFMTV

La polémique après le fiasco du Stade de France n'est toujours pas éteinte, avant l'audition du préfet de Paris Didier Lallement, et de la Fédération française de football devant le Sénat. Si La France insoumise a pointé du doigt la gestion du maintien de l'ordre tandis que l'exécutif a chargé les supporters anglais et les stadiers, Éric Zemmour fait une toute autre analyse.

"Vous vous rappelez ce qu'a dit Thierry Henry (l'un des joueurs de l'équipe de France lors de la coupe du Monde de 1998, NDLR) à la télévision américaine? 'Saint-Denis n'est pas Paris' (...) Et bien, moi je dis que Saint-Denis n'est pas la France", avance le patron de Reconquête ce jeudi matin sur BFMTV-RMC.

"Nous ne sommes plus avec des modes de vie français"

La ville et le département de Seine-Saint-Denis sont régulièrement la cible de l'ancien candidat à la présidentielle, qui y voit le reflet des crises que vivrait la France.

"Je pense qu'aujourd'hui, qu'avec les voiles, les djellabas, les kebabs et autres boutiques, en Seine-Saint-Denis, nous ne sommes plus avec des mœurs, des libertés, des modes de vie français", dénonce encore le candidat aux législatives dans le Var sur notre antenne.

Eric Zemmour fait notamment référence aux plaintes déposées pour agression ou vol à l'arraché de personnes présentes ce soir-là autour du Stade de France, dans une ambiance de chaos.

Gérald Darmanin s'est défendu lors d'une audition devant les sénateurs le 1er juin dernier. "La délinquance n'est pas structurelle à la Seine-Saint-Denis mais elle était là , aidée par le fait qu’il y avait des milliers de personnes en plus, qui étaient étrangères", avait alors avancé le ministre de l'Intérieur.

"C'est la police qui est tuée, agressée"

Éric Zemmour est également revenu sur la mort de la passagère d'un véhicule dimanche soir à Paris, après le refus d'obtempérer à un contrôle de police de la part du conducteur et les tirs des policiers. La macronie et Jean-Luc Mélenchon ont croisé le fer autour d'un tweet du patron de La France insoumise, affirmant que "la police tue".

"La police a tué parce que c'est la police qui est tuée, agressée (...). C'est la police qui est un gibier. C'est la police qui est en permanence harcelée par des voyous qui n'ont absolument pas peur d'elle", juge encore l'ancien candidat à la présidentielle sur BFMTV.

Après une garde à vue, les 3 policiers mis en cause sont sortis libres. Une information judiciaire a été ouverte, notamment pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles