Chaos au Stade de France : le préfet Lallement reconnaît « un échec »

Didier Lallement a assumé la responsabilité de « l'échec » de l'organisation de la finale de la Ligue des champions au Stade de France.
Didier Lallement a assumé la responsabilité de « l'échec » de l'organisation de la finale de la Ligue des champions au Stade de France.

« C'est à l'évidence un échec. » Le préfet de police Didier Lallement a pris ses responsabilités, jeudi 9 juin, devant le Sénat, alors qu'il était interrogé sur la gestion policière autour de la finale de la Ligue des champions Real Madrid-Liverpool le 28 mai dernier, au Stade de France. En mentionnant les personnes « bousculées ou agressées » et « l'image ébranlée » de la France, il a confié : « C'est une blessure pour moi. » Par ailleurs, le préfet de police a dit « assumer complètement » le chiffre de 30 000 à 40 000 personnes situées devant le Stade de France sans billet valide, tout en soulignant qu'il n'a « jamais prétendu que ce chiffre était parfaitement juste ».

Cette estimation, reprise par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, est contestée par les Britanniques, la presse et de nombreux observateurs. Gérald Darmanin avait expliqué après la rencontre sportive que de « 30 000 à 40 000 supporteurs anglais se sont retrouvés au Stade de France, soit sans billet, soit avec des billets falsifiés ».

Didier Lallement exprime ses « regrets sincères »

Didier Lallement s'est néanmoins satisfait que « le match se tienne et surtout qu'il n'y ait aucun blessé grave et aucun mort ». Le préfet a dit ses « regrets sincères » aux supporteurs britanniques et espagnols, et les a encouragés à porter plainte, ce qui est possible depuis lundi en téléchargeant un formulaire sur le site de l'ambassade de France au Royaume-Uni.

À LIRE AUSSIKahn – Que révèlent les réacti [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles