Chantiers navals STX : l'État français a encore "le droit de préemption"

franceinfo
STX : opération séduction de Bruno Le Maire en Italie

Le gouvernement a renoncé à nationaliser temporairement les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et rejette son droit de préemption pour laisser la société sous le contrôle italien du repreneur Fincantieri.

Sur franceinfo, jeudi 6 avril, Johan Jardin, élu CFDT chez STX s'est dit satisfait des "garanties" de la part du groupe de Trieste. Mais, il rappelle que, "tout est encore ouvert" puisque l'État a encore "le droit de préemption" sur l'entreprise.

franceinfo : Êtes-vous convaincu par les garanties apportées par le premier constructeur européen de navires de croisière ?

Johan Jardin : On n'a pas encore rencontré le repreneur, mais il a pris des garanties sur le maintien des commandes à Saint-Nazaire, la protection des brevets français, le maintien des emplois et des compétences. C'était une partie de ce que l'on demandait. Cela nous rassure, et a soulagé nos craintes dans un premier temps. Mais, la vente n'a pas encore abouti. On veut comprendre la vision stratégique de Fincantieri pour voir si elle est cohérente avec ce qu'il dit et ce qu'il fait. On voudrait être sûr notamment qu'il n'y ait pas de délocalisation vers les chantiers chinois.

Ce repreneur italien est-il une des solutions les plus satisfaisantes pour STX ?

On a un industriel derrière nous. C'est intéressant. Après, on connaît les Italiens. Ils veulent développer les compétences des chinois à fabriquer des paquebots. À terme, les pays asiatiques sont partants pour fabriquer des bateaux. Mais quel est l'intérêt pour nous, de leur donner un coup de main pour qu'ils apprennent ce savoir-faire ?

Regrettez-vous la nationalisation temporaire du gouvernement ?

Oui et non. Mais tout est encore ouvert. La nationalisation temporaire peut encore être prise, et peut être une option possible pour demain. On pourra retourner voir Bercy pour que l'État utilise son droit de préemption. L'État a deux mois pour (...) Lire la suite sur Francetv info

Le gouvernement donne son accord de principe à une reprise des chantiers navals STX de Saint-Nazaire par l'italien Fincantieri
Chantiers navals de Saint-Nazaire : vers une nationalisation de STX ?
Alstom, Essilor, Lafarge... Ces fleurons français qui s'arrachent
Saint-Nazaire : les chantiers navals vont devenir Italiens
Nucléaire : les propositions des candidats

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages