Chantiers au Qatar : Vinci annonce la convocation d'une filiale par la justice française

© KEITA IIJIMA / YOMIURI / THE YOMIURI SHIMBUN VIA AFP

Le groupe écrit regretter que "sa filiale fasse l'objet d'une mise en examen", en anticipant une décision qui appartient au juge mercredi. Le journal Le Parisien avait rapporté dimanche qu'une telle convocation aurait lieu mercredi par un juge d'instruction de Nanterre. L'entreprise française dit réfuter les accusations, notamment de "travail forcé" et de "traite d'êtres humains", à deux semaines de l'ouverture du Mondial-2022 . L'instruction avait été ouverte en novembre 2019, après des plaintes émanant des associations Sherpa et Comité contre l'esclavage moderne (CCEM), ainsi que de sept ex-employés indiens et népalais de ces chantiers.

Une plainte pour "mise en danger délibérée"

Les plaignants accusent Vinci, Vinci Construction Grands Projets (VCGP), sa filiale Qatari Diar Vinci Construction (QDVC) et leurs représentants, de "réduction en servitude, traite des êtres humains, travail incompatible avec la dignité humaine, mise en danger délibérée , blessures involontaires et recel" notamment, selon la plainte consultée par l'AFP à ce moment.

Vinci "n'a cessé de réfuter vigoureusement les allégations portées à son encontre concernant des chantiers au Qatar menés par l'entreprise QDVC" et "continuera de collaborer avec la justice", explique le groupe lundi dans son communiqué.

Vinci se défend de maltraitances

Selon l'ONG Sherpa, les employés immigrés de Vinci qui travaillent sur les chantiers de la Coupe du monde travaillent, passeport confisqué, entre 66 et 77 heures par semain...


Lire la suite sur Europe1