Chantiers au Qatar : une filiale de Vinci mise en examen par la justice française

© KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

Une filiale du groupe français de BTP Vinci a été mise en examen mercredi par un juge de Nanterre dans le cadre d'une enquête sur les conditions de travail d'employés sur certains chantiers de la Coupe du monde de football. Elle est également accusée de travail forcé et réduction en servitude.

Une filiale du groupe français de BTP Vinci a été mise en examen mercredi par un juge de Nanterre (Hauts-de-Seine) dans le cadre d'une enquête sur les conditions de travail d'employés sur certains chantiers liés au Mondial-2022 au Qatar, a indiqué à l'AFP l'avocat du groupe.

Vinci Constructions Grands Projets (VCGP) est notamment mise en examen des chefs de "conditions de travail ou d'hébergement incompatibles avec la dignité humaine", a précisé l'avocat, Me Jean-Pierre Versini-Campinchi, après des plaintes d'ONG et d'ex-employés indiens et népalais.

Trois chantiers décriés

Le représentant du groupe, lors de sa convocation devant le juge d'instruction, s'est "borné à exprimer une protestation portant sur l'insuffisance du délai consenti aux avocats pour élaborer les réponses utiles et le choix intempestif de la date à quelques jours de l'ouverture de la Coupe du monde de football", a encore déclaré Me Versini-Campinchi.

>> LIRE AUSSI - Des centaines de travailleurs migrants expulsés avant la Coupe du monde

La filiale de Vinci a été "mise en examen selon les termes de la convocation", s'est félicitée pour sa part la directrice de l'ONG Sherpa Sandra Cossart, qui a ajouté qu'elle était aussi accusée de travail forcé et réduction en servitude. Le dossier remonte à 2015, et une première plainte a été classée sans suite en 2018. Mais des plaintes avec constitution de partie civile émanant des associations Sherpa et Comité contre l'esclavage moderne (CCEM), ainsi que d'em...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - CM 2022 - Sénégal : Pas de Mondial pour Mané !