Chantier de la Coupe du monde : "6.500 morts pour notre bon plaisir, c'est trop"