La chanteuse Pomme harcelée moralement et sexuellement" de ses 15 à 17 ans : son témoignage glaçant

·1 min de lecture

La chanteuse Pomme avait besoin d’ouvrir son cœur, ce jeudi 11 février. À la veille de la 36e cérémonie des Victoires de la musique, pour laquelle elle est nommée dans la catégorie de l’artiste féminine de l’année, aux côtés d’Aya Nakamura et de Suzane, la jeune auteure-compositrice de 24 ans a décidé de partager une lettre ouverte à nos confrères de Mediapart, afin de libérer la parole sur le harcèlement moral et sexuel qu’elle a subi en travaillant pour l’industrie du disque. "Je suis quelque part entre la colère, le repos, la révolte et le lâcher prise. De là où je suis, j’ai décidé de dire les choses. De ne plus laisser régner la peur, la peur de quoi, je sais même pas", a-t-elle commencé, avant de parler de sa carrière, qui a débuté il y a environ huit ans, lorsqu’elle n’avait que 16 ans.

Claire Pommet, de son vrai nom, a précisé qu’elle a vécu ce que "des centaines de jeunes filles qui débarquent dans ce monde parallèle, finalement pas si éloigné de l’organisation globale d’une société dangereuse pour elles", vivent en se lançant dans la musique. "J’en ai déjà parlé il y a quelques années, mais à l’époque, je n’avais pas la place que j’occupe aujourd’hui, c’était plus facile, ça faisait moins de bruit", a poursuivi la chanteuse, qui a révélé que son début de carrière "a été traumatisant", "comme pour beaucoup d’autres femmes". Elle a ajouté avoir été une "énième victime d’un système d’oppression dangereux" et ce, "de ses 15 à ses 17 ans". "J’ai été manipulée, harcelée moralement (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Laury Thilleman : avec son mari Juan Albarez, c'est l'amour rock'n'roll depuis 5 ans !
Olivier Véran : ce conseil sur son look que lui a donné Edouard Philippe
FLASHBACK - Alessandra Sublet : ces mots très durs d'un patron de chaîne qu'elle a encaissés
PHOTOS - Vive émotion de Béatrice Dalle aux obsèques du photographe Richard Aujard, son ami
Julien Clerc confiné avec ses beaux-parents : ces nouvelles habitudes qu'il a dû prendre