La chanteuse P.R2B sur Brigitte Fontaine : « Elle ne triche pas »

·1 min de lecture
© AFP

« Brigitte Fontaine est l’artiste que j’ai le plus écoutée et que j’écoute toujours. Son œuvre éclaire mon chemin. Je suis fascinée par la modernité sidérante de ses albums, notamment ceux des années 1970 avec Areski ­Belkacem. À Bourges, je reprendrai sans doute Éternelle, écrite en 1968, une ode à la féminité où elle clame avec douceur : 'Je veux être aimée pour moi-même/Et non pas pour mes ornements/Je veux être adorée quand même/Sans cheveux, sans chair et sans gants.'

Lire aussi - « Fucking night » au Printemps de Bourges : la dernière fable de Brigitte Fontaine ?

Je suis toujours impressionnée par cette liberté indomptable qui émane à tous les âges de sa vie. Elle est allée partout, a exploré tant de styles : la chanson classique piano-voix et la chanson théâtrale, la musique modale puis orientale à une époque où on ne parlait pas encore de world music, le rock, l’électro, le rap… Chacun de ses albums est un monde où elle expérimente, se métamorphose, change de look, de corps, de voix. Sans jamais se trahir.

"

Avoir ce courage d’être libre, c’est une profession de foi

"

Elle ne triche pas et elle est riche de ses paradoxes. Elle peut signer des hymnes féministes comme Patriarcat et Vendetta et s’offrir un duo avec Bertrand Cantat. Elle célèbre sainte ­Thérèse d’Avila dans Thérèse et vocifère contre Dieu dans God Go to Hell. Et puis quelle longévité ! En soixante ans de carrière, elle a connu le succès, une traversée du désert dans les années 1980, un retour en grâce au m...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles