Le chanteur Bono raconte pour la première fois comment il a découvert l'existence de son demi-frère

Le leader du groupe U2 livre pour la première fois un lourd secret familial, l'existence d'un demi-frère adultérin, dont il n'a découvert l'existence qu'au début des années 2000.

C'est la première fois qu'il en parle. Le musicien irlandais Bono a confié dans une interview radiophonique à Desert Island Discs, la découverte de l'existence de son demi-frère, en 2011, à l'âge de 41 ans.

"J'ai un autre frère, que j'aime et que j'adore, que je ne savais pas avoir", livre ainsi leader de U2, en pleine promotion de son autobiographie intitulée Surrender, à paraître en novembre, expliquant que son père le lui avait toujours caché.

"Son cœur était ailleurs"

"C'est une famille très proche", explique Bono, "et je pourrais dire que mon père avait une profonde amitié avec cette femme magnifique, qui fait partie de la famille, et puis ils ont eu un enfant. Et tout cela a été gardé secret (...) Personne ne savait".

L'existence de ce frère adultérin découverte sur le tard, lui a permis de comprendre la réaction de son père à la mort de sa mère en 1974, d'une rupture d'anévrisme. Et de lui pardonner.

"Mon père traversait beaucoup de choses. Sa tête était ailleurs parce que son cœur était ailleurs".

Paul David Hewson, le vrai nom de Bono, a grandi à Dublin, où il né en 1960. Il a un frère aîné, Norman. Il a découvert l'existence de ce demi-frère un an seulement avant la mort de son père, mort en 2001.

Un adolescent "difficile à gérer"

"Je lui ai demandé s'il aimait ma mère, et il a dit 'oui'", se souvient-il encore. "Et j'ai dit, 'comment cela a-t-il pu arriver?', et il a dit: 'Ça arrive', et qu'il avait essayé d'arranger les choses. Il ne s'excusait pas, il affirmait simplement les faits. Je suis en paix avec ça."

Le chanteur exprime également ses regrets d'avoir été un adolescent "difficile à gérer", ajoutant, "j'ai l'impression que je n'étais pas là pour lui".

En veine de confidences, le chanteur a également raconté comment il avait demandé pardon à son père, dans une chapelle, en France.

"Il n'y avait personne, j'ai allumé une bougie et je me suis agenouillé et j'ai juste dit: 'Écoute, je suis désolé de ne pas avoir été là pour toi, tu as traversé beaucoup de choses et s'il te plaît, pardonne-moi'. Et je me suis senti libre."

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Yannick Noah : Sa fille Jenaye inséparable de Tomathy, son demi-frère beau gosse

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles