Cette chanson de Noël a été censurée par des radios américaines

Caurentin Courtois
1 / 1

Cette chanson de Noël a été censurée par des radios américaines

Dans le sillage du mouvement #MeToo, cette chanson de Noël issue d'un film de 1950 a été jugée trop controversée.

ÉTATS-UNIS - Le mouvement #MeToo a de nouveau remporté une bataille. La chanson "Baby, it's Cold Outside", très populaire au moment des fêtes aux États-Unis et au Canada, ne sera plus diffusée dans certaines stations de radio pour son caractère inapproprié envers les femmes.

Dans la chanson, un homme tente de persuader une femme de passer la nuit avec lui et se montre très insistant à plusieurs reprises. À un certain moment, il lui sert un verre et cette dernière lui demande: "qu'y a-t-il dans ce verre?"

Ces éléments de la chanson ont paru très familiers à de nombreuses victimes d'agressions sexuelles et certains auditeurs ont trouvé que les échanges pouvaient s'apparenter à un contexte de viol.

Selon l'avis des auditeurs



La station de radio WDOK de Cleveland en Ohio a été la première à prendre cette décision il y a quelques jours. Elle avait reçu des appels d'auditeurs demandant la censure du morceau. Plusieurs autres radios lui ont emboîté le pas, notamment au Canada.

"Baby, it's Cold Outside", écrite par le compositeur américain Frank Loesser en 1944, a pourtant remporté l'Oscar de la meilleure chanson originale en 1950 grâce au film "La Fille de Neptune" dans lequel elle est interprétée par Esther Williams et Ricardo Montalban. Devenue populaire durant la période des fêtes, les radios de musique aux États-Unis la passent très fréquemment.

Une controverse de longue date



Or, la chanson a rapidement créé la controverse et a été détournée de nombreuse fois. Elle a été reprise en 2013 par Lady Gaga et Joseph Gordon Lewitt qui ont échangé les rôles de la version originale: les paroles de la femme sont récitées par Gordon Lewitt et Gaga chante les paroles de l'homme.

En 2016, un couple du Minnesota, Lydia Liza et Joasiah Lemonski, ont fait le buzz lorsqu'ils ont réécrit les paroles en y intégrant la notion du consentement.

Ce n'est cependant pas l'avis de beaucoup d'auditeurs américains qui ne voient pas de caractère malsain dans la chanson et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post