"Changer de milieu, d'ambiance, pour un meilleur salaire" : des agentes de propreté se forment pour devenir aides-soignantes

Sarah Lemoine
·1 min de lecture

Passer d'une entreprise à une autre sans licenciement ni période de chômage, c'est tout l'enjeu du dispositif "Transition collective" conçu par le gouvernement, les syndicats et le patronat. La mesure doit permettre de faciliter les reconversions professionnelles de salariés fragilisés par la crise vers des métiers d’avenir. Le groupe Derichebourg est la première entreprise à se lancer dans l’aventure.

55 agentes de propreté du groupe se sont portées volontaires pour devenir aides-soignantes. C'est le cas de Christelle, employée par Derichebourg Multiservices. Il y a 8 ans, elle a été embauchée à temps partiel pour faire le ménage dans des sociétés. Elle gagne à peine plus de 1000 euros net par mois. Lorsque son employeur lui a proposé de se reconvertir dans le métier d’aide-soignante, mieux rémunéré et à plein temps ; elle a sauté sur l’occasion.

"Je me suis dit que c'était une opportunité, pour l'instant je suis jeune donc je profite de ma jeunesse pour bouger, ce n'est pas quand j'aurai 50 ans que je vais commencer à chercher un autre métier", explique-t-elle. "J'aime bien aussi être en contact avec les gens, c'est ça qui m'intéressait en fait., c'est le fait de changer de milieu, d'ambiance, pour un meilleur salaire, donc c'est aussi pour améliorer ma vie."

Des reconversions plutôt que des licenciements

Si la direction de Derichebourg propose à des salariés de se reconvertir, c’est parce qu’elle anticipe des destructions d’emplois à plus ou moins long terme, avec de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi