Les changements dans le cerveau causés par la migraine observés pour la première fois

Pour la première fois, des chercheurs ont utilisé une IRM à ultra-haute résolution pour identifier des espaces périvasculaires élargis dans le cerveau de personnes souffrant de migraine. Les espaces périvasculaires entourent les vaisseaux sanguins et aident à évacuer les fluides du cerveau. Les résultats de la nouvelle étude, qui pourrait permettre de mieux comprendre les complexités de l'apparition des migraines, seront présentés la semaine prochaine lors de la réunion annuelle de la Radiological Society of North America.

La migraine est un trouble médical répandu – jusqu'à 148 millions de personnes dans le monde souffrent de migraine chronique – qui peut être associé à des changements liés à la vascularisation dans le cerveau, tels que des hyperintensifications de la substance blanche et parfois des micro-saignements cérébraux.

L'imagerie cérébrale a révélé des caractéristiques distinctes dans le cerveau des migraineux, représentées ici par des micro-saignements cérébraux (à gauche) et des espaces périvasculaires élargis (à droite). © RSNA and Wilson Xu
L'imagerie cérébrale a révélé des caractéristiques distinctes dans le cerveau des migraineux, représentées ici par des micro-saignements cérébraux (à gauche) et des espaces périvasculaires élargis (à droite). © RSNA and Wilson Xu

Des différences significatives dans le cerveau

Les chercheurs ont utilisé l'IRM pour comparer les changements structurels microvasculaires dans différents types de migraine et chez des participants entre 25 et 60 ans : 10 migraineux chroniques, 10 migraineux épisodiques sans aura (la forme la plus courante) et 5 témoins sains. Résultat : le nombre d'espaces périvasculaires élargis dans le centrum semiovale (la zone centrale de la matière blanche) était plus élevé chez les patients migraineux que chez les témoins sains, et cette quantité était corrélée à la gravité de l'hyperintensité de la substance blanche profonde chez les patients migraineux.

Ces différences significatives pourraient suggérer une perturbation glymphatique dans le cerveau, mais on ignore encore si ces changements affectent le développement de la migraine, ou bien s'ils résultent de la migraine. Des études plus approfondies permettront de répondre...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura