Changement d’heure : le Belge entre les poules et les étoiles

·1 min de lecture

Dimanche matin, 28 mars 2021, nous nous sommes tous réveillés amputés d’une heure. Et pour les Belges cette décision est lourde de conséquences symboliques, raconte notre chroniqueuse Nadia Geerts.

Dimanche matin, 28 mars 2021, nous nous sommes tous réveillés amputés d’une heure. Pendant la nuit, subrepticement, comme chaque année, le changement d’heure nous a privés de ce temps précieux situé précisément entre 2 et 3 heures du matin. Une heure qui nous sera heureusement rétrocédée en octobre prochain. Ou pas.Vous, amis Français, vous êtes en effet prononcés majoritairement pour le maintien de l’heure d’été toute l’année. Un jour prochain – mais sans doute pas en 2021, parce qu’avec la crise Covid, l’Union européenne a d’autres chats à fouetter –, vous serez donc probablement spolié d’une heure de vie, et ce définitivement. Mais soit : après tout, ça vous regarde.D’autres pays ont quant à eux exprimé leur préférence pour le maintien de l’heure d’hiver toute l’année. C’est notamment le cas des Pays-Bas.Et nous, les Belges ?Et nous, les Belges ? Eh bien comme d’habitude, on ne sait pas trop, on hésite, parce qu’au fond, on aime bien les deux. Et puis choisir, c’est renoncer, faire des malheureux, et ça, nous, peuple de compromis, on n’aime pas. D’autant qu’en la matière, il serait assez logique que nous nous coordonnions avec les pays limitrophes. Lesquels, justement, ne sont pas d’accord entre eux, comme en témoignent les préférences de la France et des Pays-Bas,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Élections au Congo-Brazaville : "Cette mascarade va durablement changer la face du pays"

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Coupe du Monde 2022 au Qatar : "Le boycott des sportifs pourrait changer la donne"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français