Changement climatique : quand il fait plus froid à Paris qu'au Groenland

·1 min de lecture

Ce n'est pas un record, mais c'est inquiétant. De grands lacs à la place d'étendues glacées recouvertes de neige, une pierre grise qui transparaît sous la banquise craquelée... Le nord du Groenland est en plein cœur de sa saison froide. Pourtant, le thermomètre explose : 8, 10, voire 13 degrés par endroits, au lieu des températures négatives habituelles. Un réchauffement causé notamment par le Foehn, ce vent sec et chaud venu du Sud. Il circule de façon inhabituelle pour la saison.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Une amplification du réchauffement climatique

"C'est une circulation qu'on observe de plus en plus, principalement en été", alerte Xavier Fettweis, climatologue à l'Université de Liège. "Ici, on observe ce genre de circulation même maintenant en hiver. Et ça, c'est assez exceptionnel. On a vraiment une amplification du réchauffement climatique au niveau de l'Arctique. Et là-bas, la fonte de la glace s'emballe et tout ça fond de plus en plus."

Le Groenland se réchauffe déjà plus vite que le reste de l'Arctique. Et si ces épisodes de vent chaud se multiplient, la banquise pourrait y fondre deux fois plus vite que ce que craignent les experts du GIEC dans leurs prévisions.


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles