Le changement climatique pourrait bientôt tuer davantage que le cancer

Respecter les objectifs de l'Accord de Paris pourrait permettre de réduire de plus de 80% la mortalité prévue jusqu'à la fin du siècle
Respecter les objectifs de l'Accord de Paris pourrait permettre de réduire de plus de 80% la mortalité prévue jusqu'à la fin du siècle

Les experts des Nations unies tirent la sonnette d’alarme : sans modification des comportements humains, le changement climatique pourrait causer plus de décès que le cancer.

À l'origine de près de 10 millions de décès en 2020, le cancer est l'une des principales causes de mortalité dans le monde. Mais ce fléau pourrait bientôt être surpassé par le changement climatique. Dans un rapport publié vendredi 4 novembre, les experts du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) alertent sur le fait que si rien n’est fait pour réduire les émissions de carbone, elles pourraient tuer deux fois plus que certaines maladies dans les régions les plus chaudes du monde.

Le rapport cite l’exemple de la ville de Dhaka, capitale du Bangladesh. Dans le pire scénario, où les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas d’ici à 2100, le changement climatique causerait deux fois plus de décès que le cancer toutes causes confondues.

François Gemenne : "La situation de la planète est dramatique. Le changement climatique tue déjà et le XXIe siècle sera celui des pandémies"

"Des systèmes cardiovasculaire et respiratoire à rude épreuve"

En cause, les températures élevées qui "mettent les systèmes cardiovasculaire et respiratoire à rude épreuve", pointe le rapport. Dans la ville de Faisalabad, au Pakistan, la chaleur pourrait davantage tuer que les accidents vasculaires cérébraux (AVC), qui représentent la troisième cause de décès dans le pays aujourd’hui.

Tous les pays ne sont cependant pas égaux face au changement climatique. L’Arabie saoudite, en première ligne du réchauffement climatique, ne devrait pas connaître le même destin que le Bengladesh ou le Pakistan grâce à ses moyens financiers. Le pays pourrait ainsi contenir la surmortalité. Dans les régions les plus froides, le changement climatique devrait au contraire faire baisser la mortalité mais dans une moindre mesure.

Y a-t-il des options pour éviter le pire ? Oui, répondent les experts des Nations unies, qui invitent à respecter l’Accord de Paris. Le rapport incite à "contenir d’ici 2100 le réchauffement climatique bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels" pour sauver des "dizaines de millions de vies au cours des prochaines décennies". Un message vital alors que la Cop 27 s’est ouverte dimanche 6 novembre en Egypte.

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Emmanuel Macron a mille fois raison d’être alarmiste. Il faut prendre conscience des immenses périls qui nous guettent"