Les champs magnétiques complexes de la galaxie en collision Centaurus A révélés

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

Dans l’immensité de notre Univers, il arrive que des galaxies entrent en collision. C’est même plutôt fréquent. Centaurus A — que les chercheurs appellent aussi NGC 5128 — en est un exemple connu. Située à moins de 14 millions d’années-lumière de la Terre, la galaxie se présente comme une galaxie lenticulaire. Et les astronomes pensent qu’elle doit sa forme en « S » a une collision entre une galaxie spirale et une galaxie elliptique. Une collision survenue il y a 100 millions d’années.

Aujourd’hui pour la première fois, des chercheurs de la Nasa révèlent — grâce à Sofia, l’observatoire stratosphérique aéroporté pour l’astronomie infrarouge —, les champs magnétiques qui entourent Centaurus A. Donnant un aperçu de la manière dont la fusion de deux galaxies a pu former une galaxie remodelée et « contorsionnée ». Amplifiant la force des champs magnétiques d’origine.

Les champs magnétiques observés par Sofia sont représentés sur une image de la galaxie prise à des longueurs d’onde visibles et submillimétriques par l’European Southern Observatory et l’Atacama Pathfinder Experiment — en orange —, aux rayons X par Chandra — en bleu — et dans l’infrarouge par le télescope spatial Spitzer — en rouge foncé. © Optique : imageur grand champ de l’Observatoire austral européen (ESO) ; Submillimétrique : Max Planck Institute for Radio Astronomy / ESO / Atacama Pathfinder Experiment (APEX) /A.Weiss et al. ; Rayons X et infrarouges : Nasa, Chandra, R. Kraft ; JPL-Caltech, J. Keene ; Sofia, L. Proudfit
Les champs magnétiques observés par Sofia sont représentés sur une image de la galaxie prise à des longueurs d’onde visibles et submillimétriques par l’European Southern Observatory et l’Atacama Pathfinder Experiment — en orange —, aux rayons X par Chandra — en bleu — et dans l’infrarouge par le télescope spatial Spitzer — en rouge foncé. © Optique : imageur grand champ de l’Observatoire austral européen (ESO) ; Submillimétrique : Max Planck Institute for Radio Astronomy / ESO / Atacama Pathfinder Experiment (APEX) /A.Weiss et al. ; Rayons X et infrarouges : Nasa, Chandra, R. Kraft ; JPL-Caltech, J. Keene ; Sofia, L. Proudfit

L’image proposée par les chercheurs de la Nasa couvre 1.600 années-lumière. Elle montre des lignes de champs magnétiques parallèles aux lignes des poussières vestiges de la galaxie spirale d’origine. Plus près du centre galactique, les structures sont plus complexes. Une explosion de formation d’étoiles a remodelé l’ensemble et des forces gravitationnelles ont tordu et amplifié les champs magnétiques. Peut-être le même type de processus que celui qui a transformé les champs magnétiques...

> Lire la suite sur Futura