Champion : "C’était intimidant"… Kendji Girac revient sur ses scènes de baiser avec Aurélie Pons (Ici tout commence)

TF1

Vous incarnez Zack, un jeune homme illettré. D’où vient cette idée ?

Kendji Girac : J’avais déjà eu des propositions de films, mais qui ne me ressemblaient pas forcément. Pour pouvoir me lancer, je voulais qu’il y ait un but pédagogique derrière. On a donc discuté, avec TF1 et Mona Achache, la réalisatrice. Ensemble, on a validé ce thème de l’illettrisme, qui me touche personnellement.

Pourquoi ?

Beaucoup de gens sont concernés par ce problème, et préfèrent le cacher. Plus jeune, j’ai eu moi-même quelques difficultés à lire et à écrire correctement. Je l’ai gardé pour moi, en partie par honte, jusqu’au jour où j’ai compris qu’il fallait que j’en parle pour progresser. Après cela, j’ai pu me sentir mieux dans ma peau et je me suis promis d’aider les personnes confrontées à ce handicap. En 2022, avec tous les réseaux sociaux, ça peut être compliqué de gérer une telle situation. Par mon exemple, j’espère que beaucoup d’autres personnes oseront parler. Après tout, ce n’est pas la fin du monde. Avec un peu d’aide et d’amour autour de soi, on peut s’en sortir.

Comment êtes-vous entré dans la peau de cet éducateur sportif, qui enseigne la boxe aux enfants ?

J’ai fait beaucoup de sport, je me suis laissé pousser les cheveux et la barbe. Dès lors, je faisais partie de lui, comme lui faisait partie de moi. J’ai vécu des émotions très fortes, que je ne pensais pas connaître en interprétant simplement un personnage de fiction.<...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi