Champigny : relaxe après l’incendie au Bois-l’Abbé

Fanny Delporte
Un incendie volontaire a eu lieu tout en haut du 5 square Carpeaux à Champigny, dans le quartier du Bois-l'Abbé

L’un des deux frères qui s’étaient dénoncés aux policiers était jugé jeudi devant le tribunal correctionnel de Créteil.


Mais pourquoi ont-ils mis le feu à leur appartement ? Six mois après l’incendie qui a pris dans l’immeuble situé au 5 allée Carpeaux à Champigny, il n’y a pas plus de réponse que le jour d’après. Et ce, malgré la comparution jeudi devant le tribunal de Créteil d’un des deux frères qui s’étaient rendus à la police. Il a été relaxé.

A la barre, Luc, 58 ans, arrivé avec sa curatrice, a indiqué qu’il vivait désormais à l’hôpital psychiatrique des Murets, à la Queue-en-Brie. Comme son frère. Il était le seul des deux à pouvoir être jugé étant « accessible à une sanction pénale ».

« Alors il s’est passé quoi là-haut ? », l’interroge la présidente. « Je dormais, j’ai senti des flammes me réveiller. J’ai vu mon frère mettre le feu avec un briquet ». A des papiers, explique-t-il.

Cette nuit-là, deux explosions alertent les policiers du commissariat situé tout près. Ils seront les premiers a rappelé la présidente « à grimper les étages pour sortir un maximum d’habitants », faisant preuve « d’un courage à toute épreuve ».

« Mon frère me tapait parce que j’écoutais Balavoine »

Au total, 80 habitants seront évacués. L’incendie avait mobilisé 74 sapeurs-pompiers, 23 engins, 4 véhicules du Samu. Provoqué un arrêt cardiaque, une hospitalisation pour des vertiges, intoxiqué quatre personnes. Et rendu 16 appartements inhabitables.

Alors pourquoi ? « Moi je n’ai jamais rien incendié », répète Luc. Son frère, en revanche, est un « pyromane ». Au départ, les deux frères se seraient accusés mutuellement. Ils ne s’entendaient pas très bien. « Mon frère me tapait parce que j’écoutais Balavoine », donne Luc pour exemple.

Une dispute est-elle à l’origine du sinistre ? « J’ai bien peur qu’il n’y ait eu un défi entre les deux qui ont joué à se faire peur », a lancé le procureur, qui a requis contre Luc une peine de prison avec sursis et mise à l’épreuve.

L’audience a en (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Opération parloir de Fresnes : ce que deviennent les visiteurs interpellés
Ile-de-France : les offices HLM se mobilisent contre la baisse des loyers
Val-de-Marne : l’évêque met à l’honneur les laïcs
Saint-Maur : la ministre du Travail inaugurera l’école du numérique
Val-de-Marne : l’ex patron du FN rejoint les Patriotes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages