Champagnes, fromages, cosmétiques... quels produits français vont encore plus taxer les Etats-Unis ?

"Ne me prenez pas l'un des derniers plaisirs que je peux encore m'offrir", supplie Gerald Ansel. Cet amateur américain de vin veut convaincre l'administration Trump de renoncer à imposer des tarifs douaniers sur des produits emblématiques pour punir la France de sa taxe GAFA. L'administration Trump a récemment menacé de surtaxer "jusqu'à 100%" l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français. Champagne, roquefort, sacs à main en cuir, cosmétiques, porcelaine de Limoges, cocottes en fonte Le Creuset et Staub, pourraient ainsi faire les frais du mécontentement des Etats-Unis après l'instauration en France d'une taxe sur les géants du numérique qui frappe en premier lieu les "Gafa" américains (Google, Apple, Facebook et Amazon).

>> Lire aussi - Taxe GAFA française : un piège politique ?

Des dizaines milliers de pertes d'emplois ?

Le représentant américain au commerce (USTR) reçoit jusqu'à lundi soir les commentaires écrits de particuliers et professionnels du secteur, et tiendra mardi une réunion publique, pour examiner les demandes d'exemptions. "Des petites et moyennes entreprises seront pénalisées tout au long de la chaîne d'approvisionnement en représailles à des taxes sur les géants des services numériques", déplore ainsi, dans son commentaire à l'USTR, la Specialty Food Association (SFA), organisation professionnelle alimentaire qui compte plus de 3.900 membres aux Etats-Unis.

L'organisation estime qu'environ 14.000 détaillants de produits alimentaires spécialisés seront pénalisés par ces droits de douane, ainsi que plus de 20.000 autres détaillants alimentaires. Dix associations d'importateurs de vins français, qui ont envoyé un courrier commun à l'USTR, ont chiffré de 11.200 à 78.600 les pertes d'emplois aux Etats-Unis si ces menaces sont mises à exécution. Le mesure n'entrera pas en vigueur avant mi-janvier, à l'issue de la période de consultations.

>> Lire aussi - Face aux sanctions de Trump, notre vin pourrait être promu par l’Union européenne

"L'action

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Jusqu'où l'évaluation au bureau peut-elle aller ?
Iran/Etats-Unis : vent d'inquiétude pour les marchés mondiaux
La rentrée vous déprime ? Voici comment obtenir 60 jours de vacances avec seulement 25 jours de congés
D'un point de vue historique, le Brexit n'est pas une surprise
Le patron d'une droguerie offre 5.000 euros pour trouver un successeur