Champagne : une production au ralenti

À Brouillet (Marne), à l’ouest de Reims, sur 12 hectares de vignoble de champagne, cinq générations de vignerons se sont succédé. Aujourd’hui à la tête du domaine, Paul-Vincent Ariston s’inquiète. Le travail ne manque pas, mais les ventes ne suivent pas. Elles ont reculé de 30% depuis le début de la crise sanitaire. "On a une inquiétude face à Noël" "Contrairement à une industrie où l’on peut encore arrêter un cycle de production, la nature ne s’arrête jamais. Les charges continuent de s’accumuler et si derrière, on ne réalise pas la vente des bouteilles, la problématique de non-rentrée d’argent se pose", déplore le vigneron. Sans argent, pas de possibilité de travailler dans le vignoble. À 30 kilomètres au sud de Reims, à Avenay-Val-d’Or (Marne), John-Charles Ricciuti dirige un domaine de quinze hectares. Il veut rester optimiste, même si le confinement retient la clientèle loin de sa cave. "On a une inquiétude face à Noël, puisque les touristes ne sont pas là", confie t-il.