Champagne et Bordeaux, ça tousse !

Par Jacques Dupont
·1 min de lecture
Cave en Champagne.
Cave en Champagne.

D'abord, la Champagne. Même chemise blanche, même cravate bleue, la couleur qui donne confiance, Maxime Toubart pour les vignerons et Jean-Marie Barillière pour les maisons, les deux coprésidents de l'interprofession champenoise, ne semblaient guère à la noce lors de la visioconférence du 26 janvier. Pourtant, ils se voulaient, sinon optimistes, du moins rassurants, porteurs d'une annonce en forme de communiqué de l'état-major qui ordonne la retraite dans la perspective d'une future offensive. Grosso modo, le contenu se résume à : c'est moins pire que prévu. Les prévisions les plus sombres redoutées cet été établissaient le recul des ventes ? on dit des expéditions en Champagne ? aux alentours de 30 %. Celui-ci, les comptes faits, n'est que de 18 %.

DOSSIERSpécial Champagne

toubart-barillière-civc-champagne-bordeaux ©  CIVC
toubart-barillière-civc-champagne-bordeaux © CIVC
toubart-barillière-civc-champagne-bordeaux ©  CIVC
toubart-barillière-civc-champagne-bordeaux © CIVC

Maxime Toubart et Jean-Marie Barillière coprésidents de l?interprofession champenoise (CIVC) sans cravate. © CIVCUne fausse bonne nouvelle peut en cacher une vraie

Pas de quoi sauter en l'air, à l'image d'un bouchon, en criant victoire car, si notre calculette ne nous trompe pas, cela donnerait un nombre total de bouteilles vendues d'environ 244 millions, soit ce que réalisait la Champagne à la fin des années 1980 (239 millions en 1988, 252 en 1989) ou au début des années 1990 (246 en 1994). La filière a perdu au cours de l'année 2020 un cinquième de son chiffre d'affaires, soit 1 milliard d'euros. Le plus inquiétant dans cette affaire consiste en la baisse spectaculaire (- 20 %) sur le [...] Lire la suite