De la Champagne au Québec: les jeunes agriculteurs pénalisés par l'envol du prix des terres 

1 / 2

De la Champagne au Québec: les jeunes agriculteurs pénalisés par l'envol du prix des terres 

En Champagne, un hectare de terrain coûte en moyenne un million d'euros. Aux Etats-Unis, au Québec, en Nouvelle-Zélande ou encore en Afrique, le phénomène est le même: les prix du foncier agricole s'envolent et ne permettent plus aux jeunes générations de se lancer dans l'agriculture.

Dans de nombreux endroits du monde, les jeunes agriculteurs ont de plus en plus de mal à accéder à la terre pour s'installer. L'accès au foncier figure ainsi au premier rang des demandes du "Manifeste 2019" publié mercredi, à l'issue d'un sommet international réunissant à Paris des responsables d'organisations de jeunes agriculteurs des cinq continents, à l'initiative du syndicat français Jeunes agriculteurs (JA).

"La facilité d'accès au foncier est une condition nécessaire pour un véritable renouvellement des générations en agriculture" indique le manifeste. Ceci est d'autant plus important que les jeunes qui s'installent maintenant seront "la première génération à devoir s'adapter au réchauffement climatique" insiste le texte commun.

Des prix qui ont doublé en moins de  5 ans au Québec

"L'accès est la barrière numéro un", alors que "l'âge moyen de la profession agricole est de 59,5 ans aux Etats-Unis", a relevé Sophie Ackoff, vice-présidente de la Coalition des jeunes agriculteurs aux Etats-Unis, lors de la conclusion du sommet de trois jours. "C'est le prix de l'hectare qui est le plus gros problème" explique Julie Bissonnette, qui préside la branche jeunes du principal syndicat agricole quebecois UPA.

Exemple les régions viticoles en France où la terre vaut parfois de l'or, comme en Champagne où un hectare de terrain coûte en moyenne un million d'euros. A ce prix-là, en cas...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi