Chambéry: des manifestants anti-pass sanitaire s'introduisent dans la mairie et décrochent le portrait de Macron

·2 min de lecture
Le portrait officiel du président, décroché de l'hôtel de ville de Chambéry, a pu être récupéré par un agent municipal. - Maxppp
Le portrait officiel du président, décroché de l'hôtel de ville de Chambéry, a pu être récupéré par un agent municipal. - Maxppp

Environ 200 manifestants opposés à l'application et à l'extension du pass sanitaire ont défilé ce mercredi dans les rues de Chambéry et sont parvenus à retirer le portrait officiel d'Emmanuel Macron de la mairie.

La manifestation, non déclarée, avait démarré devant le palais de Justice avant de rejoindre un cinéma où l'accès est désormais réservé aux personnes détentrices d'un pass sanitaire, d'un test PCR récent ou d'un certificat d'immunité prouvant une contamination dans les six derniers mois.

Selon des images relayées par nos confrères de France Bleu Pays de Savoie, plusieurs ont réussi à s'introduire dans l'Hôtel de Ville et ont brandi aux alentours de 15h le portrait du président en le retournant et en scandant "Macron démission!". Aucun des participants à cette manifestation ne semble alors porter de masque.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une intrusion condamnée par la mairie et la préfecture

La ville de Chambéry, dans un communiqué paru en fin d'après-midi, "condamne avec la plus grande fermeté cette intrusion" qui aura duré une dizaine de minutes et indique que le portrait du chef de l'État a été récupéré par un agent municipal.

"Si le droit de manifester est un droit essentiel, il doit s'exercer dans le respect des institutions républicaines", écrit la mairie. "Il n'est pas tolérable de s'en prendre aux symboles républicains et au lieu symbolique qu'est un Hôtel de Ville où est asssuré chaque jour le service public dont bénéficient tous les habitants."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une indignation partagée par le préfet de Savoie qui condamne "cette atteinte aux institutions de la République, qu'il s'agisse de l'image du président de la République mais également des élus et des services rendus à la population par les municipalités."

Interrogé ce mercredi sur les récentes actions anti-vaccins et anti-pass sanitaire, le Premier ministre Jean Castex a prévenu que le gouvernement serait "intraitable" avec celles et ceux qui "en viennent à des actes de violence", "font allusion à l'étoile jaune ou à la Shoah, s'en prennent à des permanences parlementaires, mettent le feu à des centres de vaccination."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles