Avec la chaleur, les sauveteurs en mer encore mobilisés pour les vacances de la Toussaint

Un panneau indiquant la zone de baignade surveillée sur la plage de La Centrale à Hossegor, dans le sud-ouest de la France, alors que le temps est chaud, le 27 octobre 2022. - GAIZKA IROZ / AFP
Un panneau indiquant la zone de baignade surveillée sur la plage de La Centrale à Hossegor, dans le sud-ouest de la France, alors que le temps est chaud, le 27 octobre 2022. - GAIZKA IROZ / AFP

Des vacances de la Toussaint qui ressemblent à une fin d'été. Depuis deux semaines, les températures sont anormalement élevées. Dans le Sud-Ouest, si l'eau est un peu fraîche, le thermomètre flirte avec les 30°C.

A tel point que de nombreux vacanciers ou locaux viennent profiter de la plage. Face à l'affluence, la surveillance par des maître-nageurs a été prolongée sur plusieurs endroits de la côte, comme à Hossegor, dans les Landes.

"Ça nous rassure"

Avec un mercure à 28°C sur le sable, nombreux sont ceux venus profiter de l'océan. "Ce qu'on avait prévu, c'était juste de mettre en place un système de patrouille pour informer les gens sur les plages et être là pour intervenir en cas de danger", explique à BFMTV Julien Lalanne, responsable de la surveillance des plages à Soorts-Hossegor.

"Avec les prévisions clémentes et une eau qui est toujours agréable, on a décidé de surveiller la première semaine des vacances de la Toussaint", ajoute-t-il.

Une bonne nouvelle pour les familles. "Ça nous rassure quand même car nous savons que l'océan est dangereux, surtout quand y a des petits ou même moi à mon âge", confie une personne âgée à notre micro.

Cette vigilance est néanmoins limitée à certaines plages seulement: dans le département des Landes, seules cinq communes ont fait le choix de maintenir une zone de baignade surveillée.

Article original publié sur BFMTV.com