Chaleur, sécheresse : vers un été record en France et en Europe ?

© Benoit Tessier, Reuters

L’été 2022 est loin d'être fini mais le mois de juillet a déjà battu tous les records en termes de températures, sécheresse du sol ou encore pénuries d’eau en France et en Europe occidentale. Dans l'Hexagone, une cellule interministérielle de crise a été activée vendredi.

C'est une "sécheresse exceptionnelle". Alors que la France connaît son troisième épisode caniculaire de l’été, 93 départements font l'objet de restrictions d'eau dont 62 sont considérés "en crise", le niveau d'alerte le plus élevé. La Première ministre Élisabeth Borne a activé, vendredi 5 août, une cellule interministérielle de crise.

"Cette sécheresse est la plus grave jamais enregistrée dans notre pays" et "les prévisions météo laissent présager que la situation pourrait perdurer sur les 15 prochains jours, voire devenir plus préoccupante encore", souligne Matignon.

La cellule de crise doit permettre "d'assurer une remontée d'information régulière par les préfets de département des zones les plus touchées, d'anticiper l'activation éventuelle des plans Orsec 'eau' pour les agglomérations concernées et de coordonner les mesures de sécurité civile nécessaires (approvisionnement en eau des communes, livraison d'eau potable, etc.)" Elle assurera aussi un suivi "des impacts de cette sécheresse pour nos infrastructures de production d'énergie et de transport et pour notre secteur agricole, notamment le secteur de l'élevage".

Selon le dernier bilan mensuel de Météo-France, juillet 2022 est "le mois de juillet le plus sec" depuis le début des mesures, en 1958-59, avec un cumul de précipitations agrégées de 9,7 millimètres, soit une "pluviométrie déficitaire de près de 84 %" par rapport à la normale. Le record précédent remonte à juillet 2020 (16,7 millimètres de précipitations). Tous mois confondus, juillet 2022 est "au second rang des mois les plus secs" qu’ait connu le pays, d'après le service météorologique et climatique national.

Toujours selon Météo-France, depuis le 17 juillet, "la sécheresse des sols superficiels (…) est la plus sévère jamais enregistrée, battant celle de 1976". On compte aussi des records de température, la journée du 18 juillet étant désignée comme "la journée la plus chaude jamais enregistrée en France tous mois confondus avec une température maximale moyenne de 37,6 °C, soit 10,8 °C de plus que la normale". Des records absolus de chaleur ont été enregistrés dans plusieurs villes, comme à Rennes, en Ille-et-Vilaine, où il a fait 40,5 °C, ou Biscarrosse, dans les Landes, où le thermomètre a affiché 42,6 °C.

Une sécheresse exceptionnelle qui touche toute l’Europe

Le mois de juillet a également été le plus sec jamais enregistré dans le sud de l'Angleterre, selon des chiffres publiés par les services météorologiques lundi 1er août. Des restrictions sur la consommation d'eau ont été mises en place. À l'échelle du pays, selon le Met Office, les précipitations n'ont atteint que 56 % de la moyenne, soit le niveau le plus faible depuis 1999. Dans le sud de l’Angleterre, ce chiffre s’élève à seulement 17 % des précipitations moyennes.

Mercredi 3 août, les Pays-Bas ont décrété officiellement une "pénurie d'eau", due à la sécheresse qui les frappe depuis plusieurs semaines. Les autorités néerlandaises ont déjà imposé des limites à l'agriculture et à la navigation, et averti dans un communiqué que de nouvelles mesures pour conserver l'eau en cette période de sécheresse étaient envisagées.

L’Espagne est également en alerte. Selon le ministère de la Transition écologique, les réservoirs alimentés par le fleuve Guadalquivir et par ses affluents, en Andalousie, sont à 30 % de leurs capacités. D'après une étude parue début juillet dans la revue Nature Geoscience, la péninsule ibérique n'a jamais été aussi aride depuis un millénaire.

En Italie, le site spécialisé Ilmeteo.it note que "durant trois mois consécutifs, mai, juin et juillet, l'anomalie climatique s'est confirmée, avec des températures au niveau national d'au moins deux à trois degrés au-dessus de la moyenne saisonnière". Une situation particulièrement catastrophique dans la plaine agricole du Pô, frappée par sa pire sécheresse depuis 70 ans.

Se servir des eaux usées pour réduire le stress hydrique ?

Au niveau de l’Union européenne, selon l’AFP, les pénuries d'eau affectent à ce jour 11 % de la population et 17 % de l’ensemble de son territoire. Autour de la Méditerranée, environ 50 % de la population vit sous un stress hydrique constant durant l'été.

D’ici à 2030, pénurie d'eau et stress hydrique affecteront probablement la moitié des bassins hydrographiques de l'Union européenne. Mercredi 3 août, la Commission européenne a adopté des lignes directrices conseillant aux États membres d’apprendre à réutiliser les eaux usées traitées dans le secteur agricole. Comme le souligne le commissaire à l'Environnement Virginijus Sinkevicius, "les ressources en eau douce sont rares et de plus en plus tendues. Il est de notre devoir de cesser de gaspiller l'eau et d'utiliser cette ressource plus efficacement".

L'UE s'est dotée d'un règlement sur la réutilisation de l'eau, applicable dès juin 2023. La Commission a également proposé de réviser les législations européennes sur les émissions industrielles et sur le traitement des eaux urbaines usées pour encourager la réutilisation de l'eau.

Un terreau fertile pour des incendies de plus en plus importants

Ces fortes vagues de chaleur accompagnées d’une sécheresse extraordinaire ont formé un cocktail explosif pour les incendies cet été. Selon le service de surveillance spécialisé européen Copernicus, le 16 juillet, les feux de forêt qui faisaient rage en Europe avaient déjà touché plus de surface que pendant toute l'année 2021. Au 4 août, les dernières données d’Effis, le système européen d'information sur les feux de forêt, cartographiaient une surface brûlée au niveau européen de 648 447 hectares, dont 271 063 entre le 2 et le 30 juillet.

Si la tendance se poursuit, 2022 pourrait égaler ou dépasser 2017, pire année enregistrée dans l'UE depuis la création d'Effis en 2000, qui avait vu 988 087 hectares de végétation partir en fumée.

Dans les pays les plus affectés par les récentes canicules du début d’été, l’Espagne est la plus touchée, avec plus de 230 000 hectares brûlés depuis le début de l'année, contre presque 85 000 en 2021 ; en France, on compte 47 431 hectares brûlés, contre un peu plus de 30 000 pour toute l'année 2021. Dans l'est de l'Europe, la Roumanie a vu près de 150 000 hectares s'enflammer contre 20 364 en 2021.

Dans un rapport publié en février dernier, les experts du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) prévoyaient "une augmentation mondiale des incendies extrêmes pouvant atteindre 14 % à l’horizon 2030, 30 % d’ici à 2050 et 50 % d’ici à la fin du siècle", à cause du changement climatique.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles