Chaleur en France : faut-il s'attendre à une hausse des virus «exotiques» ?

© YE AUNG THU / AFP

Après un été marqué par les fortes chaleurs , et de gigantesques incendies , voici que l'automne se révèle beaucoup plus doux que la normale, aggravant la sécheresse selon Météo France dans le sud du pays . Avec ces températures élevées, de plus en plus de moustiques et de cas de dengues "autochtones" sont détectés en France. Anna-Bella Failloux, spécialiste des maladies liées aux moustiques à l'Institut Pasteur, explique qu'il faut s'attendre à une hausse des virus qui étaient classiquement "exotiques".

Qu'observe-t-on de particulier en ce mois d'octobre ?

Les moustiques tigres sont encore présents, or ils ne devraient plus être là à cette période de l'année. Le moustique tigre est un "vecteur": il est en fait "compétent" pour transmettre des virus qui vont être pathogènes pour l'humain, comme la dengue. On a recensé plus de 60 cas de dengue "autochtones": un tel nombre, ça n'était jamais arrivé. Cela semblait même inimaginable il y a quelques années. Le virus arrive en France via des personnes revenant de l'étranger, dans des endroits où il circule beaucoup, notamment sous les Tropiques.

>> LIRE AUSSI«C'est une ambiance de poussière» : la sécheresse se fait toujours sentir chez les agriculteurs

 

En piquant un humain, le moustique tigre absorbe du sang, laisse passer le virus à l'intérieur de son corps jusque dans ses glandes salivaires. Quand il pique de nouveau, il réinjecte ce virus: c'est ainsi que fonctionne la transmission et que sont générés des cas autochto...


Lire la suite sur Europe1