Chaleur : sur les chantiers, les artisans adaptent déjà leurs horaires

© BENJAMIN PETER / EUROPE 1

"Il fait chaud", souffle Segundo. "La semaine dernière, il faisait 18 degrés et là, il en fait 32", poursuit-il au micro d'Europe 1. Cela fait plusieurs jours que ce couvreur travaille sur le toit de cette maison individuelle de Daux, à côté de Toulouse. Il doit absolument finir le tour en zinc de cette fenêtre de toit pour éviter les infiltrations en cas d'averse. Pourtant, il n'y a pas un nuage dans le ciel. Entre les tuiles qui emmagasinent la chaleur, et le fer à souder qu'il tient à la main, l'organisme de Segundo est mis à rude épreuve. "Avec le soleil et le fer à souder, je dois arriver à 40 ou 42 degrés", reconnaît-il.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

La solution, boire beaucoup pour éviter la déshydratation . Mais ici pas de glacière ou de réfrigérateur, alors le couvreur a sa technique. Une bouteille d'eau cachée sous une tuile pour la protéger des rayons du soleil. "Comme ça elle reste fraîche un moment", s'en amuse-t-il avant de boire une gorgée.

"On repasse en horaires aménagés"

Dans la région, on est habitué aux températures au-dessus de 30 degrés, mais plutôt en plein cœur de l'été. "Il y a encore quelques semaines, on avait des gelées", s'étonne Laurent Aubel, le patron des Couvreurs Occitans. Il ne s'attendait pas à devoir adapter le rythme de ses salariés dès le mois de mai.

>> LIRE AUSSI - Canicule : "S'il fait trop chaud, on arrête et on se donne rendez-vous au café"

"On s’est fait un peu surprendre, il faut composer avec....


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles