Une chaise pliante médiévale mise au jour en Allemagne : une offrande de choix pour une femme de l’élite

Bayerisches Landesamt für Denkmalpflege

En Allemagne, les archéologues du Land de Bavière ont retrouvé dans une sépulture un objet extrêmement rare : une chaise pliante en fer, datant du 6e siècle de notre ère. Il s'agit d'une offrande, destinée à marquer le haut rang de sa propriétaire.

De nos jours, les sièges pliants sont réservés aux loisirs, évoquant immanquablement le camping ou la plage. Mais pendant l’Antiquité comme au début du Moyen Âge, ce siège "pratique" incarnait le pouvoir. C’est pourquoi la découverte en Bavière (Allemagne) d’une chaise pliante – ou chaise curule – datant de 1.400 ans dans la sépulture d’une femme, est un précieux indice pour signifier sa place dans l’échelle sociale. Il s’agit en outre d’un objet rarissime, puisque c’est seulement la deuxième découverte de cet ordre outre-Rhin.

Une chaise pliante médiévale mise au jour en Allemagne

Située à quelques kilomètres de la pittoresque ville médiévale de Rothenburg ob der Tauber, la petite localité d’Endsee, en Franconie, remonte au début du Moyen Âge. C'est la raison pour laquelle un projet de construction dans la zone industrielle a donné lieu à des fouilles préventives organisées par l’Office bavarois pour la conservation des monuments historiques (BLfD). Heureuse précaution, car les archéologues du Land ont mis au jour, à deux mètres de profondeur, deux sépultures disposées presque parallèlement dans un axe ouest-est. Dans l’une reposait un homme portant une ceinture ornée d’une boucle en bronze et d’une sacoche ; son équipement complet de guerrier (lance, bouclier et spatha), ainsi qu’un peigne, avaient été déposés à ses côtés. Mais c’est la seconde tombe qui s’est révélée la plus intéressante, celle d’une femme âgée d’une quarantaine d’années d’après les premières estimations des anthropologues. Les accessoires qu’elle portait sont typiquement féminins : à son cou, un collier constitué de petites perles de verre multicolores ; à sa ceinture étaient suspendus divers objets, dont plusieurs fibules – deux à étrier, une à disque en almandin, une pierre précieuse de couleur rouge, de la famille des grenats –, mais aussi une grande perle en milliaflore (mosaïque en verre) et une quenouille. À ses pieds, une côte de bœuf est l’unique trace restante d’une probable offrande d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi