Chômage partiel dans la grande distribution : "C'est une façon de transférer la responsabilité de la décision" au gouvernement, estime un spécialiste

franceinfo
·1 min de lecture

"Ce n'est pas de la vengeance, c'est plutôt une façon de transférer la responsabilité de la décision à celui qui l'a prise", a déclaré samedi 14 novembre sur franceinfo Olivier Dauvers, journaliste, spécialiste de la grande distribution et auteur du blog "Le Web Grande Conso". Les enseignes de la grande distribution (Casino, Monoprix, Auchan et certains Leclerc) ont décidé d'avoir recours au chômage partiel pour protester contre la fermeture des rayons non alimentaires. Comme franceinfo le révèle, chez Carrefour, près de 90 000 salariés - sur 110 000 personnes - ont été placés au chômage partiel par la direction jeudi dernier sans aucune concertation. Une mesure dénoncée par les syndicats qui y voient "une fraude".

franceinfo : Est-ce un moyen pour les grands patrons des grandes enseignes de se venger de cette décision prise par le gouvernement ?

franceinfo : Ce n'est pas un moyen de se venger en tant que tel. Je préfère l'expression qui a été utilisée par l'un des syndicalistes de Carrefour qui parle de "pression" sur le gouvernement. Les grands distributeurs le font, mais les PME et les TPE le font aussi quand elles mettent leur personnel en chômage partiel. Elles disent de fait au gouvernement "Vous avez voulu nous empêcher de travailler, eh bien vous assumez". Donc, ce n'est pas de la vengeance, c'est plutôt une façon de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi