Chérèque vit son dernier jour à la tête de la CFDT

François Chérèque vit mercredi 28 novembre son dernier jour à la tête de la CFDT, qu'il dirige depuis dix ans, passant le témoin à son dauphin désigné, Laurent Berger.

Sa personnalité chaleureuse, ses célèbres coups de sang, la place centrale qu'il a conférée à la CFDT, en ont fait une figure du syndicalisme français.

Sa succession consensuelle, préparée de longue date, a lieu à l'occasion d'une Assemblée générale de la centrale mercredi et jeudi au palais de la Mutualité à Paris, devant quelque 1.500 cadres et dirigeants.

Actuel numéro deux de l'organisation, Laurent Berger, 44 ans, devra être officiellement nommé par le bureau national qui se tient mercredi soir, en marge de la rencontre.

Le départ deFrançois Chérèque, 56 ans, n'est pas une surprise: depuis le congrès de la CFDT à Tours en 2010 il avait laissé entendre qu'il n'irait pas au bout de son mandat de quatre ans (mi-2014).

Le 18 septembre, dans une lettre aux militants, il avait annoncé sa décision de quitter la direction du deuxième syndicat français (premier en termes d'adhérents, 860.000).

Son départ et celui prévu en mars de Bernard Thibault, numéro un de la CGT -dans une succession qui a été autrement plus tumultueuse- modifie le paysage syndical.

Période délicate

Laurent Berger prend la barre de la CFDT à un moment particulièrement délicat, alors que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, confronté à l'explosion du chômage, qui touche plus de 3,1 millions de personnes, table sur des négociations entre patronat et syndicats pour sortir de la crise. Pour réussir, il mise particulièrement sur la CFDT, partisane du (...) Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Chérèque vit son dernier jour à la tête de la CFDT
VIDEO. Quand Chérèque se prend pour "le Spectre" de la CFDT
Compétitivité : François Chérèque met le Medef au pied du mur
VIDEO. Chérèque: "Négocier n'est pas une habitude française"

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.